L’Ile des Féticheurs ou Ile d’Ehidj, est l’un de mes nombreux, très nombreux coup de cœur de mon voyage en Casamance. Perdu, coincé dans les labyrinthes de bolongs, je n’avais pas du tout prévu d’y déposer le moindre orteil ! Et déjà pour y déposer un orteil encore eut-il fallu que j’en entende parler. Et tel un secret bien gardé, l’Ile de Féticheurs fait encore partie des endroits du monde protégé. Protégée d’une population mondiale qui ne cesse de croitre, des investisseurs et des touristes. C’est grâce à mon ami Jean Philippe que j’ai finalement déposé mes 10 orteils. Je devais y rester une simple matinée. J’en suis reparti l’après-midi pour y revenir plusieurs fois. Et à chaque fois j’avais le cœur serré de quitter cette nature et surtout ses habitants si hospitaliers. Entre bolongs et histoire, je vous fais découvrir bien plus qu’une ile, une terre sacrée avec une atmosphère mystique !

Vue aerienne en drone de l'ile des feticheurs ou ile d'Ehidje au Sénégal en Casamance photo bog voyage tour du monde http://yoytourdumonde.fr

Sénégal: Petite vue aérienne prise avec mon drone de l’Ile d’Ehidje ou Ile des Féticheurs.

 

L’ile des Féticheurs en histoire

L’histoire d’Ehidj est, en fait, toute récente (Ehidje ou Ehidji – ici, il n’y a pas d’écrits, tout est transmission orale et donc phonétique). L’histoire de cette île ne remonte qu’à 5 générations soit pas plus de 100 – 150 ans maxi : c’est dire ‘avant-hier’, à l’échelle humaine.

Auparavant cette île était communément reconnue comme étant vierge de toute occupation humaine ‘permanente’ si ce n’est qu’elle servait occasionnellement de repère de brigands qui s’y cachaient après leur forfait (on dit qu’ils capturaient de jeunes hommes et des enfants dont ils faisaient commerce avec les occidentaux (portugais – français) installés à Carabane à l’embouchure du fleuve Casamance, un des avant-postes du commerce des esclaves avant que ces derniers soient rassemblés à Gorée pour être envoyés vers le nouveau monde… on peut d’ailleurs encore aujourd’hui visiter les ruines de la ‘prison’ où étaient enfermés et ‘triés’ les esclaves avant leur départ pour Gorée) Ehidj n’avait alors pas bonne réputation et personne n’osait y aller de crainte d’y perdre la vie car la violence était la règle pour tout ceux qui voulaient s’y aventurer.

L’île d’Ehidj était aussi, avant que les brigands la choisissent comme refuge, utilisée par les habitants du village de Bouyouye (auquel elle est ‘reliée’, à l’ouest, par un passage à gué à marée basse) pour y entreposer le bétail.

Il y a donc un peu plus de cent ans, un homme originairement venu du Mali, un certain Niaky Soumaré, qui s’était installé avec sa famille du coté d’un village appelé aujourd’hui « Samsam » situé à l’est d’Elinkine avait pris l’habitude de venir en pirogue pêcher dans les bolongs alors fort poissonneux autour de Wendaye, Guissor et Ehidj. Il accostait de temps en temps à Ehidj pour s’y reposer et trouvait que c’était une bonne île.

Ile des féticheurs ou ile d'Ehidje photo blog voyage tour du monde http://yoytourdumonde.fr

Sénégal: Ile des Féticheurs en Casamance.

Il se renseigna et pris attache avec les sages de Bouyouye. Ces deniers lui confirmèrent que Ehidj faisait partie de leur domaine mais était de temps en temps occupée par des brigands sans foi ni loi qu’ils redoutaient. Niaky Soumaré leur dit qu’il aimerait installer sa famille sur cette île. Un marché fut conclu : Si Niaky arrivait à déloger et faire fuir définitivement les brigands, il pourrait installer sa famille. Réalité, Mythe ou légende, Niaky Soumaré se révéla être un valeureux et courageux guerrier : Il fit fuir définitivement les brigands (on dit même qu’il les massacra tous… et que ses armes sont, toutes ou en partie, conservées chez le féticheur de Bouyouye).

Les sages de Bouyouye respectèrent leur engagement et offrirent Ehidj à ce respectable guerrier qui installa sa famille. Aujourd’hui, soit 5 générations plus tard, Ehidj, toujours reliée tradionnellement et ‘mystiquement’ à Bouyouye, est occupée par une quinzaine de familles qui portent toutes le nom « SOUMARE »

Comme vous le savez, j’adore tous ce qui est vieille histoire et mythologie des sites visités. Du coté d’Ehidje j’ai été bien servi ! Car je suis sur une « Ile sacrée » en plus ! Oui, une ile sacrée qui a la particularité de refuser ses morts ! En d’autres termes, si vous pensez y être enterré ici, cela n’est pas possible car tous les corps remontent à la surface. Se faisant, il n’y a donc pas de cimetière sur l’le des Féticheurs. Pour se faire enterrer les corps y sont transportés sur l’ile de Guissor en face d’Ehidj. Il n’y a pas que les morts que la terre refuse, il est impossible également de produire du riz. Le riz est cultivé sur une autre île en face d’Ehidj, à Wendaye. L’ile est donc assez dépendante des autres villages.

Comme bon nombres d’autres villages et villes de Casamance, la religion animiste est présente sur l’ile des féticheurs. Même si j’ai trouvé que cela était moins marqué qu’ailleurs. J’ai pu faire des photos sans problème. Pour ceux qui se posent des questions sur l’animisme j’en donne une définition dans l’article sur mon voyage à Eloubaline. Mais en gros, on peut dire c’est la croyance en une force, un esprit qui anime les êtres vivants, mais aussi les objets et les forces de la nature tel que le vent, des arbres ou des pierres.

La beauté d'un couché de soleil sur l'ile des féticheurs ou ile d'Ehidje photo blog voyage tour du monde http://yoytourdumonde.fr

Sénégal: Couché de soleil sur l’ile des féticheurs en Casamance.

 

L’ile des Féticheurs en géographie

Si je suis arrivé la première fois j’y suis arrivé par bateau lors de mes autres visites de l’ile, j’y suis allé par vois terrestre ! Surprenant lorsque tu sais que ce bout de Casamance est une ile. En fait, il y a deux endroits pour y accéder. Je reviendrai plus longuement sur la partie terrestre dans la partie « Comment voyager sur l’Ile au féticheur ».  Mais sachez que si vous louez un bateau pour vous y rendre seul, je vous dis bonne chance ! Car l’ile ne se donne pas facilement. Seul en bateau vous risquez de vous y perdre dans ce labyrinthe de bolongs. Le mieux est d’appeler quelqu’un du village qui viendra vous chercher. Je crois que si un jour j’y habite comme c’est mon souhait, je vais mettre 1 mois avant de bien apprendre le chemin ! Mais en gros l’Ile d’Ehidje se trouve juste en face du bolong d’Elinkine ma prochaine étape.

Ile des féticheurs bolong voyage sénégal casamance tour du monde article blog http://yoytourdumonde.fr

Sénégal C’est dans ce labyrinthe de bolongs que se trouve l’ile des féticheurs.

 

Que faire et que voir sur l’Ile d’Ehidje ?

C’est d’habitude ici que je donne mille et une liste de choses à faire quand je visite un endroit dans le monde. L’ile d’Ehidje doit être sacrement sacrée car pour une fois je ne vais pas écrire de tartine. Il y a bien quelques activités à faire comme la pêche. Mais surtout respirer, déambuler, marcher, parler avec les locaux. Dans un monde qui va à cent milles à l’heure, quel plaisir de vivre des petites choses simples de la vie.

Pêche sur l’ile d’Ehidje

S’il y a bien une activité à faire et qui est proposée par les quelques habitants de l’ile, cela concerne la pêche. A la matinée ou à la journée, les habitants savent y faire pour vous trouver les meilleurs endroits et pécher en toute quiétude ! L’autre bonne nouvelle est que vous pouvez manger les poissons péchés au restaurant « Chez Léon ». Vous pouvez aussi vous amuser à aller chercher les petits crabes violonistes sur la plage ou les huitres mais pour ces dernières il faut avoir un petit bateau que vous pouvez louer.

Peche aux crabes et aux poissons sur l'Ile des Féticheurs au Sénégal en Casamance photo blog voyage tour du monde http://yoytourdumonde.fr

Sénégal: Chasse aux crabes sur l’Ile des Féticheurs.

Visite de l’Ecole

J’ai beaucoup aimé la visite de l’Ecole, et l’enseignant d’Ehidje fait un travail phénoménal avec très peu de moyens. J’ai passé toute une matinée dans l’école. Sourire et curiosité étaient présents. A midi, je suis allé été voir la cuisinière, et ce fut surprenant. La cuisine de l’école d’Ehidje et les cuisines des écoles françaises… un monde de différence ! Une cuisine très bonne sans les 36000 normes réglementaires de nos cuisines françaises !

Enseignant ile d'Ehidje casamance photo blog voyage tour du monde http://yoytourdumonde.fr

Sénégal: Le professeur de l’Ile dEhidje en plein action.

La cantinière de l'Ile d'Ehidje ou ile des féticheurs photo blog voyage tour du monde http://yoytourdumonde.fr

Sénégal: Voici la cantine! Ah ah ah ah! Bien différente des cantines françaises! J’adore ce contraste!

Restaurant « Chez Léon »

Ce restaurant est un peu aussi la « place publique de l’Ile ». En fait, les quelques touristes qui viennent chaque matin du Cap, arrivent ici, y mangent et repartent. Les locaux aiment y passer pour bavarder mais aussi pour recharger quelques batteries ou même y faire un petit roupillon !

Le restaurant-bar Chez Leon sur l'ile d'Ehidje en Casamance au Sénégal photos blog voyage tour du monde http://yoytourdumonde.fr

Sénégal: Le restaurant « Chez Leon » LE centre névralgique de l’Ile!

La petite plage

On ne peut pas dire que l’ile soit entourée de plages magnifiques ! Pas grave, la seule plage qui se trouve à quelques encablures du bar-restaurant « Chez Léon » (je tiens à dire que je n’ai aucune part dedans à le mettre dans cette liste, lol) mérite bien toutes les plages que j’ai pu voir. Se reposer ici sur ce sable magnifique, avec un petit verre et un livre est tout de même du pur bonheur !

Il y a une très belle petite plage sur l'Ile des Féticheurs ou ile d'Ehidje en Casamance photo blog voyage tour du monde http://yoytourdumonde.fr

Sénégal: La petite plage que j’aime tant du côté de l’Ile des Féticheurs.

Le Poulailler construit par Jean Philippe

Lorsque je suis venu pour la première fois, je suis venu avec mon ami Jean Philippe qui est une mine d’informations sur la Casamance et encore plus sur cette ile, car sa femme est originaire d’ici (Jean Philippe a aussi un très bon site internet sur la Casamance). Et Jean Philippe a eu une idée de génie, construire un poulailler. Rappelez-vous, j’ai écris que l’ile était assez indépendante des autres villages pour la nourriture car étant une ile sacrée rien ne pousse surtout pas le riz. Donc ils n’ont pas de riz mais ils ont les poules de Jean Philippe. Vous ne pouvez pas le rater, il est facilement reconnaissable avec les peintures qu’il y a dessus réalisé par un artiste originaire de Casamance !

 

Où dormir à Ehidje ?

S’il n’y a pas d’électricité installée sur l’ile et si le réseau téléphonique est quelque peu défaillant sauf sur la plage, il y a quand même 3 campements pour dormir dans ce paradis terrestre.

Le Campement de Léon 

Si vous venez en bateau sur l’Ile des Féticheurs comme 99% des personnes, vous arriverez sur la plage et la première chose que vous allez voire c’est le campement-restaurant de Léon. Superbe endroit. Rien à redire. Vous pouvez demander à faire recharger votre téléphone ou ordinateur lorsqu’ils ouvrent l’électricité au restaurant.

Vous pouvez dormir chez Leon en Casamance au Sénégal sur L'ile d'Ehidje ou Ile des Féticheurs photo blog voyage tour du monde http://yoytourdumonde.fr

Sénégal: Outre le bar-restaurant vous pouvez aussi dormir « Chez Leon ».

Le Campement Bouhadjitol

Je n’y ai pas dormi ici mais j’ai eu la chance de voir les chambres et là aussi elles sont impeccables. De toute façon les chambres sur l’ile ne servent vraiment qu’à faire le roupillon. Vous pouvez aussi recharger vos batteries ici même. Ce campement est à quelques minutes de la plage et il avait encore un jardin lors de ma venue.

Les chambres du campement « Chez Cikindo »

C’est ici que j’ai logé, les chambres sont les moins chères de l’ile ici. Très rudimentaire mais j’ai dormi comme un pape !

campement « Chez Cikindo » ile des féticheurs sénégal casamance photo blog voyage tour du monde http://yoytourdumonde.fr

Sénégal: Campement « Chez Cikindo » là ou j’ai dormi sur l’Ile des Féticheurs en Casamance.

 

Ce que j’ai aimé sur l’Ile des Féticheurs

Certains diront qu’ils veulent voir des centaines de mètres de plages avec une eau turquoise. Dans ce cas, allez en Thaïlande avec ces milliers de touristes au kilomètre carré, où vous allez vous faire arnaquer à tout bout de champs ! Ici c’est le contraire et c’est pour cela que j’ai tant aimé Ehidje. Il n’y a presque pas de bruit si ce n’est celui des enfants ou des adultes qui rigolent. Ici vous êtes peinards, en paix, personne pour vous vendre quelque chose ! Le matin, je me réveillais tranquillement. Direct j’allais voir les cuisiniers de « Chez Léon » pour leur dire ce que je voulais manger, car je ne peux plus voir le moindre grain de riz après 2 ans en Asie. Puis j’allais chercher mon ami « Doudou » pour voir s’il avait passé une bonne nuit. Nous partions alors faire les courses pour les autres habitants en bateau du coté d’Elinkine.  Vers 13h, il était temps de manger, puis de faire la sieste. L’après-midi je me baignais dans le bolong ou retrouvais mon ami Demba du coté de l’Ile de Bouyouye pour pécher ou faire du drone.  Puis j’adorais me reposer devant un cocotier avec un livre à la main. En soirée, lorsque je passais près de la case de la famille de Jo, je savais que les femmes me laissaient l’eau chaude bouillante pour que je me lave à l’eau bien chaude (oui même après 7 ans de voyage je ne peux toujours pas prendre une douche tiède !). Et le soir, mon ami Jo m’invitait à chaque fois pour manger le riz ! Sa femme cuisinait tellement bien que sur le coup je le mangeais sans sourciller. Et un soir, un feu avait été fait et avec les anciens et les jeunes nous nous sommes retrouvés à boire du vin de palme ! Voilà les amis, comment ne pas être heureux dans ce type de vie ? Voilà pourquoi j’ai adoré, non j’ai aimé l’ile des Féticheurs ! Tellement aimé que je rêve d’y construire ma petite case pour m’y reposer !

Ile des féticheurs casamance sénégal blog tou du monde http://yoytourdumonde.fr

Sénégal: Avec mon ami Doudou à faire du drone.

 

Comment voyager sur l’Ile des féticheurs 

Par bateau 

Sachez qu’il y a 3 embarcadères ou vous pouvez prendre des bateaux pour rejoindre L’Ile au Féticheur. Le premier embarcadère se trouve dans la ville d’Elinkine » mais aussi à Katakalousse » depuis Oussouye et « Bassinet » depuis le Cap. Le mieux est d’appeler JO ou Léon qui ont un bateau et qui peuvent venir vous chercher. Leurs numéros de téléphone => Jo : (+221) 77 574 70 87 – Léon : (+221) 77 566 99 73.

Comment aller sur l'ile des féticheurs ou ile d’Ehidje en bateau photo blog voyage tour du monde http://yoytourdumonde.fr

Sénégal: Regardez moi ce sourire radieux! C’est mon ami DOUDOU qui peut lui aussi venir vous chercher en bateau!

Par voie terrestre

Lorsque j’ai dit aux habitants que je viendrai par voie terrestre tous le monde m’a regardé un peu surpris se demandant si le soleil ne m’avait pas grillé les quelques milliers de neurones qu’il me reste ! Car c’est assez compliqué et surtout il faut faire un peu d’efforts. Et lorsque le soleil tape en plein après-midi sous 35° il faut vraiment être ruiné comme moi ou aimer se faire mal ! lol. Alors si vous êtes sportif et curieux vous allez quand même adorer cette promenade. Pour commencer, il vous faut aller au village de Bouyouye ! Lorsque vous arrivez demander aux quelques jeunes notamment DEMBA, s’il est possible de vous amener derrière le bolong. Arrivé a cet endroit, il faudra retrousser votre pantalon car vous allez marcher dans le bolong (bras de mer). ATTENTION, vous ne pouvez passer le bras de mer que si l’eau est basse ! Il n’est donc pas possible d’y aller 24h/24 ! Je me suis rendu compte que lorsque la mer est à marrée basse, l’eau est basse dans le bolong donc c’est le moment de passer. Par contre à marrer haute, l’eau dans le bolong est haute. Cela s’explique par le fait que l’eau de la marrée haute met un certain temps à monter dans les bolongs.

Vous pouvez rejoindre l'ile des féticheurs par voie terrestre, il faudra juste enjamber un bolong photo blog voyage tour du monde http//yoytourdumonde.fr

Sénégal: Par voie terrestre il faut surtout attendre la marée basse pour rejoindre l’ile…et ne pas se tromper de coté! Mais c’est simple…

Si vous avez aimé cet article, merci de cliquer sur ‘j’aime’ en dessous, de le faire partager ou d’écrire un petit commentaire. Cela ne prend que quelques secondes mais cela me fait très plaisirs.

Yohann Taillandier

Je remercie Allianz Travel et Globedreamers mes partenaires dans ce projet « Voyage – Ecole » sans qui toute cette aventure n’aurait pas été possible. Et Jean Philippe qui m’a bien aidé pour la partie « histoire » de l’ile.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Une réponse

  1. Georgey et Sylvia

    Bonjour
    Bravo pour cette belle description de Ehidj. Nous sommes avec mon épouse nous aussi conquis par ce Paradis depuis plus de 15 ans . Nous y venons régulièrement chez Leon et nous aurons peut-être l occasion de s y rencontrer et partager un pot de Bounouk ! A bientôt

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.