Voyage au HONDURAS: Copan chefs d’oeuvres artistiques Maya

Après Chichen Itza, après Uxmal et Tikal, je me retrouve devant la porte d’entrée de mon dernier site Maya et non des moindres. Il s’agit de Copan, site inscrit au Patrimoine Mondiale de l’UNESCO, l’un des seuls sites qui se trouve au Honduras mais surtout l’un des 4 plus grands et plus beaux sites Maya. Si les 3 autres (Chichen Itza, Uxma, Tikal) sont des sites ou l’on peut imaginer la puissance politique et militaire cela n’est pas le cas du coté de Copan. Ici, c’est plutôt le coté art qui ne laisse pas indifférent.

Pour être honnête, j’ai beaucoup hésité avant d’aller à Copan. Parce que regarder une carte d’Amérique Centrale fait un peu peur. Comment être le 4 avril du coté du Panama alors que je suis à la frontière entre le Guatemala et le Honduras? Mais après pas mal d’avis de voyageurs et de personnes ayant vu le site j’ai décidé d’y aller. IMMANQUABLE!!!

Honduras: La cartes des sites Maya entre le Mexique, le Guatemala et le Honduras.

Honduras: Petite pensée à ma nièce LOU qui adore les perroquets!

Mais avant de parler de Copan, qui se fera en deux articles, je dois vous parler de la frontière entre le Guatemala et le Honduras! Le voyage en bus s’est plutôt bien passé. Cette fois-ci pas de vole, et j’ai bien mes chaussures! Mais le passage fut un peu tendu à même la frontière.

Honduras: Les marches…

Honduras: Entre les steles quelques batiments.

J’arrive devant le bureau de l’immigration pour sortir du Guatemala. L’homme derrière la vitre, me demande le passeport et au bout de deux minutes me demande 10 quetzales, soit un euros pour quitter le territoire guatémaltèque. 1 euros ce n’est pas une somme énorme mais les guides disent tres bien que cela n’est pas obligatoire et que cet argent ira plus dans les poche de l’agent et non de la population guatémaltèque.

Honduras: Le site compte de tres nombreuses stèles. Tout simplement superbe!

Honduras: Autres steles.

Résultat: Je répond à l’agent, que je veux voir un papier officielle du Guatemala me prouvant que je dois payer cette somme. En conclusion je veux voir un texte de loi! L’agent me regarde tout sourire et me répond que la loi est passé depuis 2 jours! Il se paye ma tête en plus! LOL. Je reste comme cela 10 minutes, lui disant que j’attends un papier du Guatemala ou au pire recevoir un ticket officiel. Et surprise au bout de 10 minutes alors que certains sont resté des heures et des heures à attendre et finalement ont du donné les 10 quetzales, de mon coté l’agent me rend le passeport et me dit que je peux continuer mon chemin du coté du Honduras. J’espère juste que je n’aurai pas de problème pour revenir un jour au Guatemala, car un jour j’irai je reviendrai avec certitude du coté du Guatemala.

Honduras: Stèle sur le site de Copan.

Le soir même j’arrive dans la ville de Copan Ruinas, petite ville plaisante et le lendemain matin, je me réveil vers 7h et par en direction du site Maya de Copan.

L’Historique

Plusieurs céramiques ont été retrouvé dans la Vallée de Copan qui atteste donc la présence d’humain, nous somme en 1 200 av J-C. Il semble que la ville soit alors un centre marchand. Au 5eme siècle, Copan a comme chef un certain Mah K’ina Yax K’uk Mo’, les rois qui le suivirent le vénérèrent au titre de fondateur semi-divin de la cité.

Honduras: Stele sur le site Copan.

Honduras

Copan se développa alors fortement sous le régime de Jaguar-fumée, qu régna de 628 à 695 et fit de la cité de Copan une grande puissance militaire et commerciale. Mais c’est surtout sous le règne de K’ ak’ Yipyaj Chan K’awiil, traduction (Coquillage fumée) que Copan voit des grands batiments s’élevaient. Il fit construire notamment le monument le plus célèbre et le plus important de la cité à savoir: l’escalier des Hiéroglyphes. Ce dernier immortalise les réalisations des rois de sa fondation à 755 date ou a été inaugurer l’escalier. De ce fait c’est la plus longue inscription en territoire Maya.

Honduras: L’un des jardiniers de Copan, digne de Desperate Housewifes!

La ville continua très fortement son développement des batiments et de stèles jusqu’au dernier monarque U Cit Tok’ qui commença son règne en  822 et on ne connait pas la date de sa mort. Après? Plus rien! MYSTÈRE!

Honduras: Stèle présente sur le site de Copan.

Honduras: Dans l’un des tunnels de Copan.

Comme d’habitude vous allez me dire. Bé oui sauf que, sauf que les archéologues ont une hypothèse. Le fort accroissement de la population aurait pu provoquer l’épuisement des ressources naturelles. Pour y remédier, il a fallut importer des denrées venant d’autres régions. Les plaines étant fertiles ont a déboisé outrageusement donnant de terrible inondation lors des saisons des pluies. Voici l’hypothèse des archéologues.  Un phénomène qui ressemble à ce qui se produit dans bon nombre de régions actuelles dans le monde. Et qui confirmerai que la vie est un cycle et que l’histoire se répète.

Honduras: Les Hiéroglyphes.

Honduras: Tête de mort sur le site de Copan.

Yohann Taillandier (http://yoytourdumonde.fr)

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.