Aujourd’hui je vais vous faire découvrir les Femmes Karen, souvent appelées ‘Femmes au long cou ‘ ou ‘Femmes girafes’. Attention, l’article va peut être faire un record de commentaires car le sujet est véritablement tabou du côté des touristes. Moi-même, j’ai hésité jusqu’à la dernière minute avant d’aller à la rencontre de ces femmes. Mais commençons par le commencement. Qui sont les femmes girafes?

Femmes girafes de la tribu Karen

Ces femmes que l’on retrouve à plusieurs endroits de la frontière entre la Birmanie et la Thaïlande sont une minorité ethnique tibeto-birmane qui vivaient en Birmanie, l’actuel Myanmar. Dans les années 70, elles ont soit été chassées par la dictature birmane qui voulait essayer de donner une image plus occidentale du pays, soit ont quitté le pays de leur propre chef pour cause de conflit armée. Elles ont donc quitté la Birmanie pour se réfugier en Thailande. Depuis plus de 30 ans, elles vivent ici près de la grande ville de Mae Hong Son. Leur statut juridique est extrêmement compliqué car elles ont le statut de « réfugié politique » (voir plus bas). A noter qu’il existe d’autres femmes girafes du côté de l’Afrique du Sud dans le peuple Ndebeles.

thailande-voyage-travel-picture-femme-girafe-longs-cous

Thailande: Panneau indiquant le village des Femmes au grand cou

thailande-voyage-travel-picture-karen-padaung-femmes-cous

Thailande: A l’entrée du village, les habitants expliquent en différentes langues d’où ils viennent et comment ils vivent.

thailande-travel-voyage-picture-padaung-karen-femmes-longs-cou-bijoux

Thailande: Arrive dans le village, je ne sais pas trop a quoi m’attendre. Foire aux touristes ou non?

 

Un collier-spirale symbole de leurs us et coutumes

La particularité de ces femmes est bien-sûr le collier-spirale qu’elle porte volontairement autour du cou. Le mot volontaire est très important ici car jamais le port du collier leurs est imposé. C’est vraiment par pur choix qu’elles désirent le mettre. C’est à l’âge de 5 ans qu’elles peuvent mettre leurs premiers collier-spirale. Plus la jeune fille va grandir, plus elle pourra additionner des spirales. Ici j’écris bien spirale et non collier. Pourquoi? Car il y a deux erreurs que font les occidentaux sur ces femmes. La première erreur est de penser que chaque année ont remet un collier. C’est une erreur, cela dépend de la morphologie de la femme en question; Tout dépend de sa croissance. Qui plus est, on ne rajoute pas des anneaux un par un pour agrandir le cou. Non, lorsqu’on veut agrandir le cou il faut remplacer toute la spirale et celle-ci sera donc plus longue que la précédente. C’est un point très important car lorsque j’étais au village, il m’a fallut une bonne heure pour comprendre le processus car je voyais dans les étales à destination des touristes un collier-spirale en entier. En effet, j’ai été à deux doigts d’acheter une spirale pour ma sœur pour noël, mais au départ je cherchais des anneaux. Bon et puis au final je me suis dis qu’elle voudrait peut être pas porter cela toute sa vie Charline. Et puisque c’est un acte volontaire…. Mais quand même Charline, j’avoue que cela aurait fait le plus belle effet de te voir à Nogent le Rotrou avec ce type de collier.

Puisque je suis entrain d’énumérer les erreurs par des croyances populaires, je vais tout de suite vous donner une autre information capitale: Si elles retirent le collier elles ne meurent pas, comme je l’ai souvent entendu dire de la bouche des touristes. En effet, les spirales n’affectent pas les vertèbres du cou pour les allonger. Les anneaux retirés n’entraînent pas la dislocation du cou et donc la suffocation. Au passage, les femmes Karen enlèvent même et remettent les anneaux à leur guise, sans aucune conséquence pour la santé. On peut cependant penser qu’à terme les muscles du cou doivent être un peu affaiblis il est vrai.

thailande-picture-voyage-travel-portrait-padaung-karen

Thailande:n Contact avec les premiers habitants appelle « Les Femmes Girafesz » ou « Femmes au long cou »

thailande-travel-voyage-picture-karen-padaung-vente

Thailande: Exemples de produits que l’on peut acheter pour aider cette minorité ethnique

 

Femme-girafe, coutume en question

D’où provient cette coutume ? Hélas, je n’ai aucune réponse à vous donner. J’ai beau fouiller forums et livres tout le monde s’accorde pour dire que l’énigme reste entière. Si personne ne connaît la provenance de cette coutume et le pourquoi du comment, différentes possibilités ont été énumérées. La première d’entre elle est que ces anneaux avaient pour but de rendre les femmes moins séduisantes pour les hommes des autres tribus. Il existe des cas similaires notamment entre l’lnde et la Birmanie, avec des tribus dans lesquelles les femmes se faisaient tatouer pour éviter justement que les hommes des autres tribus ne s’y intéressent. La zone géographique est relativement similaire.

Mais d’autres idées ont été avancées: Les anneaux protégeraient les femmes contres les attaques des tigres, ou bien encore que cela donnait aux femmes une ressemblance avec les dragons, ces derniers étant très important dans le folklore du peuple Karen. On peut aisément comprendre comment la coutume a pu se développer, en effet chez ces dernières, le collier de cuivre et les bracelets d’argents (avant-bras et genoux) étaient des signes de prestige et de richesse. Il est parfaitement normal qu’une petite fille de 5 ans veuillent ressembler à sa maman et attende avec impatience le moment où elle aussi, pourra porter les mêmes attributs qu’elle. De nos jours, les jeunes filles (encore peu nombreuses) ayant étudiées à l’université sont moins enclines à faire perdurer cette tradition.

Actuellement, les femmes Karen portent ce collier-spirale essentiellement pour continuer une tradition qui perdure depuis des dizaines et des dizaines d’années, et que cela exerce un attrait certain sur le….TOURISME. Le gros mots est lâché. Sortez les lions. Car il y a plusieurs organisations contre la visite de ces villages.

thailande-voyage-travel-picture-femmes-longs-cou-girafe-portrait

Thailande: Femmes au long cou du côté du village de Karen

thailande-voyage-travel-picture-femmes-longs-cou-girafes-artisanat

Thailande: Présentation de l’artisanat des femmes aux longs cou ou femmes girafes. Elles fabriquent les objets devant les touristes

thailande-travel-voyage-femmes-girafes-longs-cou-karen

Thailande: Plus j’avance dans le village plus je me rends compte qu l’agriculture joue comme le tourisme un rôle prépondérant.

 

Sujet polémique et tabou

Arrive donc la partie la plus corsée de l’article. Comme je l’ai écris au début d’article,  j’ai longtemps hésité à aller découvrir les femmes girafes. Pourquoi? Parce que la visite des quelques villages karen le long de la frontière entre la Birmanie et la Thaïlande est dans tout les itinéraires touristiques des circuits organisés. Bref, je ne voulais pas arriver avec un bus de 50 touristes pour voir ces femmes. Car dans ce cas en effet, cela fait zoos humains. Voila donc comment les antis visites des femmes girafes parlent des villages Karen ‘des zoos humains’ et les antis ne sont pas les seuls. Ils sont magistralement appuyés par le HCR ( Haut Commissariat des Nations Unis aux Réfugiés) qui lui aussi appel aux boycott des villages Karen. Alors le HCR qui symbolise la vertu et l’aide a tous les réfugiés du monde, cela ne donne pas très envie d’y aller.

thailande-travel-voyage-karen-padaung-femmes-girafes-pictures

Thailande: Mettre des bijoux pour étirer le cous n’est pas une obligation. Les femmes ont le choix. Certaines comme sur cette photo préfèrent ne pas en mettre mais des bijoux sont posés sur les genoux.

thailande-femmes-girafes-karen-padaung-travel-voyage

Thailande: Femmes girafes entrain de trier des haricots

thailande-femmes-girafes-portrait-padaung-karen-picture-voyage-travel

Thailande: Portrait d’une femmes girafes ou femmes au long cou

Sauf que le sujet est plus complexe. Étant réfugiés politique aux yeux des thaïlandais, la terre sur laquelle les villages se sont installés n’appartient pas aux tribus Karen. Et les Karen sont vues par la loi comme réfugiées et non comme thaïlandais. La tribu ne possède donc ni champs, ni rizières, et n’a aucune possibilité d’en posséder. Tout au plus ils ont quelques potagers. Leur unique source de revenu est donc dans les entrées payantes des villages. En effet, si vous voulez visiter un village Karen, il vous faudra payer un tout petit prix de droit d’entrée qui, vous comprenez maintenant, et la seule source de revenu du village avec les ventes des produits artisanaux que les touristes achètent. Donc question que je pose au HCR: puisque vous demandez aux touristes de boycotter les villages pour cause de zoo humains selon vos dires, comment les villageois dans ce cas peuvent ils vivre? S’ils n’ont pas de touristes, ils n’ont que trois possibilités, la mendicité, mourir de faim ou repartir du côté Birmans où leurs vies n’est pas assurées, même si depuis 3 ou 4 ans la Birmanie a un visage bien plus démocratique qu’auparavant. Le statut juridique des Karen est comme vous pouvez le voir complètement bancale et alarmant. Et si on peut applaudir des deux mains le HCR qui a su accueillir et aider ces réfugiés, l’appel au boycott est tout simplement, de mon point de vue, incompréhensible. Et puisque l’on parle de zoos humain cela me fait doucettement rire car le plus grand village de femmes girafes accueils 1 500 entrées payante….dans une année. Soit 4 touristes par jours !!! On peut tout de même regretter que des tours opérateurs thaïlandais aient profité que les femmes-girafes intéressent au plus haut point de nombreux visiteurs pour se faire de l’argent dessus.

Thailande-voyage-travel-femme-girafes-karen-padaung

Thailande: Plantation et tourismes voila l’économie de ce petit village. Je n’ai aucun remord d’être venu ici. Très compliqué d’y parvenir en moto, mais cependant très authentique.

thailande-voyage-travel-femmes-girafes-picture-artisanat

Thailande: Une des femme girafes rencontrée qui tisse à la manière traditionnelle.

 

Conseils

Personnellement je pense que le HCR a tord en demandant le boycott des villages Karen le long de la frontière entre la Birmanie et la Thaïlande. Mais il y a certainement un juste milieu à trouver.  De la belle ville de Mae Hong Son, il y a 4 ou 5 villages Karen à découvrir. Les agences touristiques amènent des cars pour le plus près des villages, celui de Huai Seua Thao, qui se trouve à 7 kilomètres de Mae Hong Son. Donc bof bof. Personnellement les photos ont ete prises dans le village de Kayan Tayar qui se trouve à 35km de Mae Hong Son. Sur ce coup il est préférable de louer un scooter car les routes sont difficiles d’accès (même très difficile car je suis tombé en scooter devant un militaire Thailandais qui se demandait ce qui devait se passer; lol), voila pourquoi les touristes y sont extrêmement rares, et aussi que le village fait plus authentique et que la population a encore plus besoin de financement. J’ai acheté mes cadeaux de noël la-bas!

Si vous avez aimé cet article, merci de cliquer sur ‘j’aime’ en dessous, de partager ou d’écrire un petit commentaire. Cela ne prend que quelques secondes mais cela me fait très plaisir.

Yohann Taillandier

A propos de l'auteur

Articles similaires

10 Réponses

  1. Olivier

    Le HCR a raison puisque l’argent ne rentre pas vraiment dans les poches des karens mais surtout dans celles de potentats locaux. Ils ne leur restent que des miettes. Il faut donc bien boycotter la mafia locale 🙁

    Répondre
  2. Claire@blog guyane

    Merci d’avoir partagé ton expérience. C’est vrai qu’au premier abord, on pourrait répugner à se rendre dans ces villages, qui s’apparentent qd même à des zoo humains. Maintenant, je trouve que tu as choisi un bon compromis en t’y rendant par tes propres moyens. Tu as ainsi évité l’effet trop intrusif que peut représenter ces visites touristiques dans des villages, qui semblent plutôt ruraux, et puis tu as aussi participé directement à la vie du village sans qu’une (trop grosse) partie de ton argent n’ait été reversée dans la poche des tours opérateurs. A bien y réfléchir, je pense que tu as eu raison de t’y rendre!

    Répondre
  3. Geneviève

    2006 fut l’année ou j’ai découvert un village des femmes girafes avec une agence de voyage qui d’ailleurs ne le fait plus depuis quelques années, je pense que c’est dommage dans le cas ou le touriste peut affectivement leur donner quelques argents en échange de leurs produits fait main comme le tissage de très beaux tissus, ou d’une photo souvenir, 5 ou dix euros ce n’est pas la ruine pour celui qui profite de faire des voyages dans le but de connaître les autres façons de vie dans le monde, cela nous apprend aussi à être humble. Il est évident et dommage que ces agences et l’Etat touchent plus que nécessaire au lieu de faire profiter ces ethnies un peu plus pour vivre mieux. mais où est la justice dans notre monde…..

    Répondre
  4. Rencontre avec les femmes girafes de Padaung - Iwigo-Trip

    […] Je vous donne rendez-vous sur ce site pour avoir un article complet sur les « femmes girafes » ou « femme au long cou ». […]

    Répondre
  5. depuyt

    Bonjour et merci de tous ces renseignements utiles et agréables.
    Dommage que le scooter serait le seul autre moyen d’aller dans les villages moins touristiques…sans bus!
    Nous sommes 3, dont 2 qui ne s’y connaissent pas en scooter!
    Auriez- vous depuis votre article une autre idée de transport?
    Merci bien

    Répondre
  6. Eugénie

    En lisant tout cela j’ai eu l’impression de revivre notre rencontre avec ce petit village en décembre dernier. Nous avons acheté nos souvenirs à ces femmes et jeunes filles et avons passé un moment vraiment génial. Et même si leurs colliers me font « mal » je les trouve belles. Merci encore pour ton partage.

    Répondre
  7. Lisa

    Merci pour cet article très intéressant et enrichissant.
    En effet, avec mon amie nous voulions decouvrir ces villages mais nous hésitions un peu. Grâce a cet article, nous sommes rassurées et avons désormais encore plus envie.
    Nous ne voulons pas découvrir ces villages a l’aide de circuits organisés mais plutôt a scooter.
    Cependant, pourrais-tu nous dire comment se rendre a Huai Seua Thao en partant de Chiang Mai ?

    Répondre
  8. Point mo

    Merci pour cet article. Tu as répondu à toutes les questions que je me posais sur oui ou non visiter un village où vivent les femmes girafes.! Très intéressant!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.