Ce matin je continue la série des réveils extrêmement tôt, ce dernier a sonné à 5h45.  Hier ce fut 6h15 et avant-hier 5h45 ! Je commence à avoir une tête de déterré ! Mais le repos est pour bientôt, si je me réveil si tôt c’est pour visiter le plus de site possible dans ce Mexique si grand avant d’aller du coté de Cuba pour 29 jours.

Cette journée s’annonce assez chargé ou du moins chargé en transport, car je vais du coté du Volcan Paricutin. Le Guide du Routard, n’hésite pas à mettre le maximum d’étoile pour ce lieu avec en introduction ceci : « C’était plat il y avait des champs de mais. Aujourd’hui, il y a un volcan et un énorme champ de lave noire. »  En faite, c’est seulement en 1943 que le Parcutin s’est éveillé et à décider d’engloutir les villages de sa périphérie. Alors, ici seulement cela ne s’est pas fait comme à Pompéi. Il n’y a pas eu un seul décès.L’éruption à durer plus de 9 ans et les habitants ont eu le temps de fuir.  Le guide qui m’a accompagné dans cet aventure : « Balthazar de son vrai prénom », m’a dit que les villageois en regardant le sol avait vu de la lave qui commencer  à remonter, d’où leur fuite.

De mon hôtel, j’ai du prendre un combi (petit bus qui est présent pour les centres villes) direction la gare d’autobus. Arrivé  à la gare de Morelia, il faut prendre un autre autobus direction la ville d’Uruapan. Arrivé à Uruapan, là encore il faut prendre un autre combi qui vous arrête au village de Angahuan. Apres 4h de transport, j’arrive à destination. En sortant du combi, je suis tous de suite assai de personnes qui me proposent un cheval pour monter le volcan. Cela tombe bien, j’ai décidé d’y aller en cheval. Avec ce dernier la balade dure 6 à 7 heures alors qu’a pied elle atteint 8 à 9, seulement à pied je ne peux y aller j’ai plusieurs bus à prendre pour Morelia ce soir.

Sur le Guide du Routard, la balade vaut 500 pesos soit 30 euros, tu paie en faite ta propre monture mais aussi le guide et son cheval. Sauf que moi on me propose 600 pesos. Je dois vraiment avoir une tete d’un habitant des USA ! Apres avoir dis deux phrases en espagnol et en faisant voir le guide, le prix comme par magie redescend à 500 pesos ! Le prix étant négocié c’est partie pour 7h de balade à cheval.

Balade et volcan

La balade se passe très bien. J’ai eu un peu peur les 30 premières minutes quand nous avons commencé par 30 minutes de trot avec le cheval, j’avais déjà mal au postérieur. Finalement des que nous sommes arrivé dans la foret, le rythme été bien mieux.  L’aller dure 4h en faite car cela grimpe. Je me suis vu dans Brockeback Mountain à plusieurs reprises si ce n’est qu’il manquait…les moutons, et peut être aussi un cobow ! Oups Fabrice va me tomber dessus ! lol. Sérieusement le paysage est magnifique. Entre foret de sapin, entre rochers à n’en plus finir et surtout les avocatiers à perte de vue. Car je suis dans la région qui produit 80% des récoltes mondiales d’avocat ! C’est presque à coups sur que l’avocat que vous mangez vienne ici même.

Au bout de 2h de cheval, le paysage devient d’un coup beaucoup moins vert ! Les arbres presque inexistants, il ne reste que quelques cactus et sur ma gauche, de la lave dure à perte de vue sur un hauteur de 3 à 4 mètres ! Il a pas rigolé le Paricutín ! Quand à ma droite, il y a la présence de dizaines de dizaines d’autres volcans dont certains n’ont jamais connu d’éruption et d’autre qui sont toujours en activité ! Et au bout d’un certain moment, le Paricutín justement qui se dresse à coté de moi. Il n’est pas très grand mais il en a de la gueule comme dit l’expression. Arrivé en bas du Paricutín, Balthazar me dit qu’on ne peut aller plus loin et que si je veux je peux monter jusqu’àu cratère.  Ce que je fais de ce pas. 35 minutes pour monter le volcan, cela parait peu à lire mais à monter ce fut galère, j’ai été a deux doigt d’arrêter plusieurs fois. Le sol étant aussi fin que du sable à chaque pas, j’enfoncer mes chaussures et j’avais plus l’impression de faire un pas en avant et trois pas en arrière. Mais, la curiosité été bien trop forte. Multiplié par le fait de voir de la fumé sortir à quelques mètres de moi. Oui le Paricutín, fume toujours  et il se trouve à plus de 3 000 mètres d’altitude ! Alors je monte, je monte. Arrivé au cratère le paysage est …aucun mot ne peux l’expliquer. Pas de voiture, un silence seulement perturbé par les 5 ou 6 oiseaux qui ont décidé d’habiter ici même.

Je reste une heure tout la haut à contempler le paysage.  Le passage de la lave sur certains endroit est vraiment saisissant et on voit bien de quel coté celle-ci à prie pour se frayer un chemin.  La curiosité étant à son comble, je suis descendu un peu dans le cratere. J’ai retirer un premier couche de pierre, je n’ai pas pu la deuxième : la roche été hyper brulante !

Apres la décente qui aura durer que 3 minutes, nous sommes repartir du coté du village. Mais une demi heure avant l’arrivé nous nous sommes de nouveau arrêter pour  voir le seul monument du village qui reste encore debout apres l’eruption du volcan. Il s’agit  du clocher de l’eglise ! Ce dernier est tout droit émergé, prisonnier de la lave qui est tout autour de lui. C’est vraiment beau ! On se demande comment il tient tant la lave dure est partout ! Je réussi à trouver un petit endroit ou la lave n’a pas tout emporté et me retrouve sous le clocher. Je ressors de l’ancien village avec plein de griffure et un peu en sang, voila le tarif pour une curiosité un peu trop débordante ! C’est quand même assez dure de marcher sur de la lave dure. Cela fait comme des vagues, des fois tu dois descendre de 3 mètres et parfois monter de 4 mètres ou tout simplement tu te prends une gamme parce que la roche s’est cassé sous ton poids.

Le retour, euh, j’ai vraiment commencé a ressentir des douleurs, notamment du coté des genoux 2 genoux du à la position sur le cheval.

 

Le village d’Angahuan.

C’est un village pas comme les autres ! Je ne me serai pas cru au Mexique plus au Pérou et encore, ce village à une âme.  Déjà, les habitants ne parlent pas espagnol ! Mais surtout, j’ai l’impression d’etre au moyen âge ! Le guide du routard dit que le village est sans intérêt mais je pense le contraire. Certes pas de monument, pas de bâtiment à visiter mais à regarder cette population vivre est déconcertant. Je me repose encore une fois si ces gens sont heureux de vivre ici ou pas.  Les ruelles sont boueuses comme je n’ai jamais vu dans un autre village. Des deux cotés des rues, il y a des files avec des dessins de tous les couleurs à 5 m du sol, j’ai l’impression d’être au Tibet ! Et surtout soit une voix d’homme, soit une voix de femme, mais certains parlent dans un micro à la population tel les minarets dans les paysans musulmans. J’ai vraiment l’impression d’avoir changé d’époque, j’ai vraiment l’impression de ne pas être au Mexique.

1 minute d’anthologie

Après avoir traversé le village, je trouve enfin une route digne de ce nom que j’empreinte. Quelques minutes apres arrive un combi pour Uruapan. J’arrive à la gare de cette ville, je descends du bus, et à peine descendu que je remarque par terre un billet de 50 pesos ! Coool, trop bon, mon repas du soir est payé ! Je vais dans la gare pour payer mon bus, je fais 10 mètre et là sur un siège je vois quelques choses de bizarre. Je me précipite, là d’un coup j’avais moins mal, lol ! Je me pose sur le siège et délicatement je regarde ce qu’il y a dessous. Et là, je sors un billet de 200 pesos cette fois-ci ! En 1 minute 250 pesos. Là c’est presque le prix que j’ai payé pour le guide et son cheval qui viennent de m’être remboursé. Conclusion : Je n’ai pas arrêté de regarder par terre jusqu’à mon retour de Morelia, mais la chasse au trésor semble avoir prie fin.

Yohann Taillandier (http://yoytourdumonde.fr)

*Pas le temps der mettre de photo et de video car je pars à Cuba dans 2h30. Cela sera au prochain épisode.

A propos de l'auteur

Articles similaires

2 Réponses

    • yohann

      Hey Linda…3 years after i told you « Think You » for your message! The good news is my blog continuate. After travel all America i am now in Australia. And in one week i am going to ASIA!
      Yohann

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.