On ne pourra pas dire que l’on ne m’avait pas prévenu! En effet, d’une cela n’est pas la première fois que je passe une frontière en Amérique. Je devrais connaitre la chanson. Qui plus est, les guides en parles souvent. Il m’est donc arrivé une bien grosse galère à la frontière entre le Honduras et le Nicaragua.

Nicaragua: Et c’est partie pour les papiers administratifs!

Déjà quitter l’Ile d’Utila fut difficile. Deux jours à attendre quela tempête se calme. En faite il y a deux bateaux qui quittent l’ile pour aller sur la terre ferme du Honduras. Un premier qui part à 6h du matin et un deuxième à 14h. Pendant 2 jours, nous étions un certains nombres à attendre dès 6h sur le quai la décision du commandant de savoir si nous quittions l’ile ou pas. 2 jours plus tard nous avions enfin l’accord grâce à un relâchement de la tempête pour quelques heures.

J’arrive à 16h sur la terre ferme. Je prend un taxi avec un couple de jeune français qui dormait dans la même chambre que moi. Le chauffeur nous informe que tous les bus ont quitté la ville que nous devons rester ici à dormir une nuit. Étant en retard sur mon programme, c’est une grosse tuile. Je lui demande quand même de me trouver un bus pour la capitale du Honduras Tegucigalpa. Après 3 tentatives, la 4eme et la bonne, un bus s’apprête à partir. Il est 17h02 le bus doit partir à 17h! C’est chaud! Je fonce à la caisse et acheté un billet. Derrière moi je vois 6 jeunes qui étaient avec moi dans le bateau. Je parie qu’ils vont eux aussi au Nicaragua.

Nicaragua: Frontière entre le Honduras et le Nicaragua.

Le bus est plutôt de qualité, mais je ne vois pas le voyage, comme d’habitude je m’endors. A 0h00, nous nous faisons réveiller par l’un des chauffeurs, nous sommes dans la capitale du Honduras.

Bizarrement, je me dis que personne ne m’a conseillé d’y aller et qu’aucun guide touristique n’en parle. Je regarde autour de moi et j’hallucine! Cette ville est une vraie poubelle à ciel ouvert! Des sacs de plastiques par terre à perte de vue! Je fais connaissance des autres jeunes et nous décidons de prendre un taxi pour dormir quelques heure. Mon bus part à 4h30 du matin et il semble or de question d’attendre dehors. Il faut avouer que j’étais le seul à proposer ceci. lol

Nous trouvons un taxi, ouvrons tous nos guides, et nous débattons des prix et de ce qui est écrit sur les guides. Nous trouvons un endroit, nous y allons et…il est fermé! Et là, on reste 30 minutes en pleines rue à débattre, en français, en espagnol, en danois, en américains! Bref un vrai bordel comme je les aimes! Sauf que les chauffeurs de taxi puis la police nous conseillent de trouver très vite un endroit car sinon il y a de très forte chance qu’un groupe nous vole tous ce que nous avons! Et bé même avec cet avertissement, nous continuons à débattre de l’hôtel! Mddrrr

Finalement on trouve un hôtel en plein centre, dans le taxi je regarde par la vitre, cette ville n’a vraiment rien pour elle. C’est vraiment horrible!!!! Quelle poubelle!


Agrandir le plan

Gros problème à la frontière

A 4h du matin le réveil sonne, je me lève et sort pour prendre un taxi, je ne suis pas seul. Si les autres ont décidé de faire la grasse matinée, je suis avec un mec du Texas qui doit prendre un avion dans les plus brefs délai du coté du Costa-Rica. Nous partons donc tous les deux. J’arrive à la station de bus pour prendre..le bus! Arrivé au bureau, je tombe par terre, et je casse ma chaussure gauche!!! Ou plutôt la sangle de ma sandale.LA BLAGUE! Décidément les changements de pays sont douloureux pour mes chaussures! Je prend donc le bus un peu énervé!

A 09h00 nous sommes devant le poste frontière du Honduras. Et là première surprise, je dois payer pour sortir du pays! Sympa le Honduras, tu dois payer pour entrer mais aussi pour sortir. Je regarde ce que j’ai dans le portefeuille, c’est bon! C’est juste mais c’est bon, il me reste 3 dollars! Si du coté du Nicaragua, il faut payer une taxe d’entré je suis mort, je ne pourrai y entrer!

Et bien-sur, cela n’a pas loupé! 14 dollars pour entrer dans le pays!!! Je commence à voir rouge! J’ai pas assez! Je vois le truc gros comme une maison, que je vais rester bloqué ici si il n’y a pas de distributeur car le bus ne pourra pas m’attendre. Je demande un distributeur, les réponses ne sont pas toutes les mêmes. Cependant 30 minutes après je dois me faire une raison: Pas de distributeur, ou plutôt le premier se trouve à 11km et le bus dois partir dans…10 minutes!

Nicaragua: Plus de 30 minutes d’attentes pour passer la frontière. Euh à se moment là je pensais pas que j’allais passer du coté du Nicaragua.

Là, il y a plusieurs solutions soit tu t’écroules et tu pleures car les nerfs lâches! Soit, tu cherches une solution. Et je la cherche la solution! Après 5 minutes, je vais voir l’américain et lui demande si il peut me prêter 14 dollars. Et dire que cette nuit on débattaient pour le moindre dollar!! Il hésite et finalement me les prêtes. Sauf que c’est un cadeau empoisonné, moi qui comptais aller à Leon une ville coloniale du Nicaragua, je dois aller du coté de la capitale pour lui donner l’argent, car il va la-bas!

Trois heures de bus après, je vois les panneaux de Leon mais toujours pas de distributeurs pour l’américain. Cet après-midi je serai donc de la capitale du Nicaragua, pas du tout prévu dans mon programme.

On arrive à la station de bus, et là on informe mon ami américain que son bus l’attend à destination du Costa-Rica, qu’il n’a pas une minute à perdre. Je demande alors ou se trouve un distributeur, on m’informe qu’il est à plusieurs kilomètre! Je commence à m’apercevoir que les infrastructures et le Nicaragua cela fait deux. Normal je suis dans la pays le plus pauvre d’Amérique.

La fin de l’histoire est écrite, pas le temps d’aller au distributeur, l’américain monte dans le bus, je suis donc venu ici…pour rien! Pour ne pas perdre la face et pour être honnête, je demande l’adresse mail au texan, il me l’a donne et lui promet de lui envoyer l’argent par la Western Union.

Nicaragua: Arrivé au Nicaragua

Bon je me retrouve donc à Managua, capitale du Nicaragua. L’occasion de découvrir une ville surprenante car sans centre ville. Et oui, cela existe!

Yohann Taillandier (http://yoytourdumonde.fr)

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.