Voyage à CUBA : Bayamo surprenante ville coloniale

Avant de me prendre un missile par des habitants de Bayamo qui liront mon blog dans 30 ans quand internet sera démocratisé à Cuba, si c’est le cas un jour, je tiens à rétablir une vérité. J’ai terminé mon dernier article sur le débat qui passionne les habitants et historiens cubains à savoir : Quelles sont les 7 premières villes coloniales de Cuba ? J’avais dis que Bayamo été si je peux dire dans la charrette car classé 8eme, ce qui est vu comme une 4eme place au jeu olympique : la médaille au chocolat. Or, j’ai fais une erreur que je répare car Bayamo que je vais vous présenter est la 2eme ville la plus ancienne de Cuba, construite avant Santiago de Cuba et La Havane. Et c’est donc la ville de Remedios au centre du pays qui attire la controverse. Le consensus populaire veut que ce soit donc Remedios qui se paye l’humiliante 8eme place car elle ne fut construite « qu’en » 1524 et fut officiellement enregistrée come ville vers 1550. Mais du coté des habitants et de certains historiens, le malin conquistador Vasco Porcallo de Figueroa aurait fondé la ville grâce à la dot de son épouse et il cacha Remedios à la couronne espagnol pour éviter d’avoir à payer de lourdes taxes. Et que si cela s’avère fondé Remedio serai intégré dans le Top7 des premières villes coloniales Cubaines ; A vous de trancher, moi je m’en lave les mains !

Cuba-Bayamo: Outre l’architecture très coloniale, les edifices ont été rénové et d’une très belle façon en plus. J’adore cette peinture bleue sur ce batiment.

Bayamo est donc la 2eme ville la plus ancienne de Cuba, ce qui n’est pas surprenant.  En regardant une carte, on peut voir Bayamo à l’est de Cuba. Et comme vous le savez à présent, les conquistadores ont découvert Cuba d’est en ouest comme aux USA, et donc après Baracoa nous retrouvons Bayamo.
L’idée d’aller à Bayamo ne m’enchante pas tellement. Je vois cette ville comme une étape obligatoire après 8h de bus. Les guides ne sont pas enthousiastes, les cubains me disent que cela est à faire si j’ai du temps. Cependant, demain nous sommes samedi et d’après le Lonely Planet, il faut absolument voir la Fiesta de la Cubania, une fête de rue, typique de la ville et des plus authentiques.

Ville historique et rebelle
Mais avant de commencer à parler architecture et fête, je termine l’historique de la ville.  Car, si Bayamo est une ville ancienne, le temps n’a pas fait oublier Bayamo aux Cubains. Ville rebelle et révolutionnaire dans l’âme, Bayamo fut sacrifié par ces habitants. Pétain en 1940 a eu peur que Paris souffre trop du bombardement et  a donc signer l’armistice et la fin de la guerre. Ici c’est le contraire pour Bayamo, se sont les habitants qui ont brulé leur ville en la donnant à l’ennemi espagnol en 1869 durant la guerre d’indépendance.  Acte héroïque si  il en est,  les habitants ont donc préfère brûler leur ville que de la voir tomber aux mains de l’ennemi. Cet acte, tout cubain le connait car l’hymne national cubain écrit en 1868 commence ainsi : « Al combate corred, Bayamo ». (« Au combat courez, gens de Bayamo ».

Cuba-Bayamo: Et ici c’est le jaune qui domine. Allé j’ai fini d’ecrire l’article, je vais tous droit à la piscine!!!!

Il n’y a donc peu de monument historique, voila pourquoi je ne voulais pas venir séjourner dans cette ville.  Cependant les désillusions auxquelles je m’attendais s’évaporèrent à la minute même où je suis rentré dans le centre historique.
Nous sommes arrivés avec Loïc à 22h à la gare routière. Puisque l’on  payé le prix a deux du taxi, après un bref échange on a décidé de prendre aussi une chambre pour deux avec deux lits. Et si les prix de la casa particular furent les plus élevé  bizarrement dans cette ville ou il n’y a pas tant de touriste, en divisant la note je m’en sors bien. Fatigué Loïc se couche, mais après avoir passé toute l’après midi et la soirée dans le bus je pars à la rencontre de la ville.

Cuba-Bayamo: Voici donc une photo pour vous donner une idée de l’architecture de la ville.

Et donc, ce fut une agréable surprise.  Le Parc Cespedes, qui est en faite la place principale est entouré de monument coloniaux superbes, mais aussi d’arbres et de statuts. Cette place est immense et en plus elle a du cachet ! Pour l’instant, elle pourrait faire office de l’une des plus belle place de Cuba. En plus, il y a encore plein de monde sur les bancs. Notamment un groupe de jeune qui discute autour d’une bouteille de rhum et joue de la guitare. Alors je m’assoie et j’écoute leur musique. (Ah Cuba et sa musique !!! Cela donne envie de danser…)  C’est ici, sur cette place que fut proclamée l’indépendance de Cuba en 1868!

Cuba-Bayamo: Architecture

Au bout de 30 minutes, je décide de lever le camp. Je pars du coté d’une autre place. Celle-ci est plus intime, il y a encore et toujours ces bâtiments coloniaux et se trouve la maison de la musique. Ahhh, même Bayamo brulé et plus belle que Zacatecas du Mexique ! Et pourtant là aussi, Bayamo n’est pas sur la liste des sites inscrit au patrimoine de l’Unesco. Et oui, même en 2012, je tape sur cette bonne vieille ami de ville de Zacatecas qui ne m’a toujours pas convaincu !
Au bout de 1h30 de visite je commence à me diriger du coté de la casa particular, sur le trajet je tombe devant la cathédrale qui est aussi très belle. Et sur cette partie de la ville, il y a du pavé sur le sol ce qui renforce le coté de ville coloniale.
Je suis très agréablement surpris de ce que je viens de voir ! Je resterai 2 jours du coté de Bayamo. J’arrive dans la chambre, Loïc lit un livre, je le rassure. « Mon pote, bingo la ville est belle, on va pouvoir apprendre des choses et faire des photos » !

Yohann Taillandier (http://yoytourdumonde.fr)

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.