Alors petit article aujourd´hui? Mais non, seulement, il n’y a pas grand chose à dire de plus sur Sao Paulo que l’article precedent. Et puis, je decide que cet article sera plutot un album photo avec des commentaires sur chaque photos sans oublier les videos ou vous allez pouvoir avoir un aperçu de la ville.  Cependant, je vais quand meme developper 2 points qui me semblent importants: Le premier concerne une statue qui fait extremement polemique (une indienne nue qui embrasse…un français nu) et le deuxieme point concerne ma soirée à Sao Paulo ou j’ai vu en une seconde sortir de nul part des milliers et des milliers de pauvre et je voudrai ecrire et expliquer ma reaction.

BRESIL- Sao Paulo: Premiere video du centre ville. por yoy21

 

Centre colonial de Sao Paulo

Je commence la visite de la ville en debut d’apres midi, soleil radieux et finalement temperature toujours agreable avec 22 degres, meme si cela se ressent que je descends vers le sud car les temperature deviennent chaque jours un peu plus basse. J’ai de plus en plus peur de me prendre des temperatures negatives du cote de Buenos Aires, mais surtout à Santiago de Chile.

Bresil- Sao Paulo: Cet arbre est vraiment HALLUCINANT et il y en a plusieurs sur la place de la Republique.

Bresil -Sao Paulo: Ce batiment est un ancien lycée, c’est devenue depuis le siège du ministere de l’education nationale.

Bresil -Sao Paulo: Cet edifice qui s’appelle: Edicicio Italia est vu comme l’un des plus hauts immeubles de la ville.

Bresil -Sao Paulo: Toujours des batimets à couper le souffle.


Bresil – Sao Paulo: La ville. por yoy21

Bresil- Sao Paulo: Comme je disais dans l’article precedent, il semble que les bresiliens aient beaucoup moins de mal avec leur histoire que leur voisin argentin. Si au Bresil ont posent des coeurs sur les statues, en Argentine ont les tags.

 

Bresil- Sao Paulo: Les fiertés de toute une ville, Son theatre. Oui il est beau mais bon il y a mieux quand meme… Si vous n’aimez pas la photo, place à la video.


Bresil- Sao Paulo: Decouverte de la ville por yoy21

La statue de la polemique

Bresil – Sao Paulo: Et voila cette statue qui fait autant de polemique!

Juste quelques lignes donc sur cette statue. Car c’est une sacrée polemique ici à Sao Paulo et meme au dela. Alors quoi de choquant? Peut etre un peu tout finalement. La premiere chose est que les deux  comperents en l’occurence une indienne et un français qui sont representais son totalement nu. Oui cela est assez surprenant mais bon, la deuxieme est je pense un peu plus historique. Les portuguais ont ete les premiers a debarquer au Bresil. Les français s’y sont installé egalement notamment à Rio de Janeiro ou les portuguais n’y ete que passé. Il s’avere qu’historiquement les portuguais ont de suite chassé les indiens alors que les français eux on fait le contraire, c’est a dire qu’ils se sont mis ami-ami avec les indiens pour chasser les portugais. D’ou la statue qui ne fait pas bien rigoler bon nombre de portuguais c’est sur mais aussi de bresiliens! Cette statue a été faite par le Suisse William Zadig.

La Cathédrale de Sé: A l’interieur un autre monde

Bresil – Sao Paulo: La cathedrale de Se n’est pas tres surprenante meme si elle est belle, mais alors en ce moment de messe, grosse surprise à l’interieur: Les soeurs en chaussure en cuire et les pretres habillé comme au moyen age. Et en plus on m’informe que cela n’est meme pas carnaval!


Bresil – Sao Paulo: Quand les croyants… por yoy21

Bresil- Sao Paulo

Bresil- Sao Paulo: Franchement cela fait flipper, comme si que le Vatican devait partir en croisade…mais cette fois-ci contre qui? Christiane un petit commentaire sur les tenues?

Bresil- Sao Paulo

 C’est ici que Sao Paulo est née

Bresil- Sao Paulo: Oooh quelle est importante cette photo: Maison Jesuite créée en 1554 qui fut à l’origine de Sao Paulo.

Bresil- Sao Paulo: C’est meme ecrit ici…et vous pouvez voir le monument en video! Il est pas sympa Yohann?


Bresil -Sao Paulo: Tout a commencé ici meme pour… por yoy21

 

Honte d’avoir eu peur

Et pour terminer je dois vous raconter ce qui m’est arrivé en debut de soirée. J’etais encore dehors, pas tres loin de mon hotel dans une rue parallele à l’une des rues principales et je suis seul avec mon appreil photo. Quand soudain, un truc de fou, des milliers, mais alors des milliers de personnes pauvres venant des favelas ou retournant dans les favelas arrivent, me depassent et continue leurs chemin. Je ne sais pas combien de temps cela a duré. Mais imaginez la scene, vous etes seul dans une rue et en une seconde vous voyez toute la pauvreté du Bresil qui vous saute à la guele. J’ecris cela, car quand je parle de pauvreté ici, je parle de pauvreté extreme. Des familles entieres avec des peres portants leurs enfants qui n’avaient pas mangé depuis combien de jours? Certains portaient des matelas pour dormir. Et je ne parle pas du nombre de gosses de 7 à 8 ans qui sniffer quelques choses qui ne devaient pas etre tres bon pour la santé via des bouteilles alcoolisés. Et puis leurs visages, d’une saleté à l’extreme, noir comme si ils venaient tous de changer le derailleur d’un velo. Pour vous donner une idée de l’ambiance: Est ce que vous vous rappellez du dernier films d’SOS Fantomes? Il y a un passage ou l’on peut voir les mort vivants qui marchent sans parler dans la ville. C’est cette scene que j’ai eu en les voyants. Ils marchaient dans un silence de cathedrale avec aucun sourir au visage, rien, aucun sentiment, rien.

Et bé devant cette pauvreté, j’ai eu peur! C’est con, mais j’ai vraiment flipé le temps que ces milliers de personnes passent. Ce n’est pas que j’ai reculé ou que j’ai couru, non je suis resté a les regarder. Je me suis dis si un seul vient me parler je suis mort ou la camera je ne les plus. Et plusieurs sont venu me parler, me demandé de l’argent ou autres choses. Bien-sur que je comprenais ce qu’ils me demandaient, la pauvreté n’as helas pas de frontiere et il est facil de savoir ce que demande un pauvre, mais je leur fesaient comprendre que je ne comprenais pas le portuguais.

Quelques secondes apres leur passage, j’etais pas rassuré, non j’ai eu surtout honte de moi! Honte d’avoir flipper, honte d’avoir eu peur. Comment on peut avoir peur de la pauvreté. Plus d’une semaine encore, j’ai toujours autant honte…et d’une certaine maniere je ne comprend toujours pas mon atitude que j’ai pu avoir. En effet, moi qui me voit bosser dans les favelas de Rio ou avec les Soeurs de la Congregation de Mere Teresa en Inde, comment j’ai pu avoir ce sentiment à ce moment dans les rues de Sao Paulo?

Si vous avez aimé cet article, merci de cliquer sur ‘j’aime’ en dessous, de le faire partager ou d’écrire un petit commentaire. Cela ne prend que quelques secondes mais cela me fait très plaisirs

 

Yohann Taillandier

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.