GUATEMALA: Voyage sur le Lac Atitlan

Apres être resté 3 jours à contempler le lac et à guérir mes ampoules suite aux 2 marathons de la semaine passé, aujourd’hui je me lève avec la ferme intention de visiter les villes et villages que comptent le lac. Les plus connues sont :Panajachel (la plus grande), Santa Cruz la Laguna, Jaibalito, Tzununa et San Marcos la Laguna (la mystique).

Guatemala: Le matin je quitte tres tot San Pedro pour visiter les differentes villes du lac; Sur ce dernier, je ne suis pas le seul, des pecheurs y sont deja presents.

Guatemala-Lac Atitlan: Arrive à Panajachel.

A 9h, je suis devant l’embarcadère pour visiter les villes. Je commence le périple par Panajachel. Le trajet en bateau dure une vingtaine de minute. C’est donc la ville la plus importante de la région elle compte 20 000 habitants. Cette cité fut construire d’une façon complètement anarchique. Très vite le touriste s’en rend compte car on lui indique que le marché se trouve sur la droite de l’embarcadère. Au début j’ai cru que c’était une blague la direction que l’on m’indiqué où un coupe-gorge ! Il n’en fut rien, on m’indiquait vraiment la bonne direction. A savoir que le marché se trouve non loin du lac. Il y a de très nombreux restaurants dans la ville, je conseil cependant de continuer vers le lac ou des repas y son présent pour 15 quetzales. C’est simple 15 quetzales font  1,5 euros ! Pour faire les courses la convection est hyper simple.


Sur le Lac Atitlan por yoy21

La ville de Panajachel à quelques intérêts, le premier étant qu’il y a ici une superbe vue sur le lac car en fasse on peut y voir 2 énormes volcans que je ne vois pas à San Pedro, là ou je loge. Le marché est vraiment magnifique. Et il y a énormément de correspondance de bus  pour l’est et le nord du pays. Concernant le marché, alors que demain je dois aller du coté de Chichi et du plus grand marché du Guatemala voir d’Amerique Centrale, je ne sais pas ce qui m’a prie mais j’ai tout dépensé du coté de Panajachel ! Tellement dépensé que j’ai du retourné au distributeur sortir des Quetzales. Là maintenant c’est une certitude je vais devoir me serré la ceinture pendant plusieurs mois mais surtout ma garde robe en fringue « Indien » est à son apogée ! Je quitte la ville pour rediriger du coté de…San Marcos la Laguna. Si vous avez le temps vous pouvez aller voir les autres villages cité plus en haut mais ceux-ci ont moins d’intérêt !

Guatemala-Lac Atitlan: Sur les rives du lac du cote de Panajachel.

Guatemala-Lac Atitlan: Vue sur le volcan.

San Marcos la Laguna est une ville tres reconnue ici, une ville tous simplement mystique ! Pour commencer, tous les touristes vous diront que c’est la ville la plus belle du lac. Mais surtout,  cette ville attire une population à la recherche d’énergie spirituelle. Ici vous allez voir beaucoup de personne accro à la méditation. Des cours de Yoga et de massages se comptes par dizaines. Tout  converge donc vers cette petite ville.

Guatemala-Lac Atitlan: Les differentes maisons que l'on peut retrouver sur le lac. Alors Julien, on achete laquelle? Beaucoup d'anglais viennent terminer leurs jours ici.

Guatemala-Lac Atitlan: Toujours les mainsons avec une architecture completement differentes.

Guatemala-Lac Atitlan

Ouaih bof, je n’ai pas trop aimé moi. Les tarifs des séances de Yoga et de massages sont excessif et j’ai trouvé que le mélange touriste-maya n’était pas si extraordinaire. Par contre vers le lac vous pouvez apercevoir des murs construits grâce à l’aide de bouteille déjà utilisé. En faite, ils mettent des pierres dans des bouteilles en plastique qui ont déjà été utilisé, puis les entasse par dizaines en ligne et mettent un grillage et hop le mur est prêt ! Superbe idée et très écologique ! L’embarcadère par contre se trouve dans un endroit du lac magnifique. Je suis resté plus de 1h sur le ponton à regarder avec émerveillement le soleil se coucher sur les volcans tandis que les gamins faisaient une bataille de canoë.

Guatemala-Lac Atitlan: Le mur en question fait avec des bouteilles. Sympa non?

Guatemala-Lac Atitlan: L'eglise tres jolie de la ville de San Marcos la laguna.

Apres ce spectacle il était temps de rentré à l’hôtel. Les Allemands sont partie ce matin, cela me fait bizarre de me retrouver à nouveau seul. Cependant,  je n’ai pas trop le temps de déprimer, je dois faire mon sac car demain à 8h je dois être devant une agence avec mon gros sac pour aller du coté du marché de Chichi pour faire des photos des populations maya et l’après-midi  j’espère trouver un bus pour aller du coté de Coban dans le centre du pays.

Guatemala-Lac Atitlan: Couche de soleil sur le lac.

Guatemala-Lac Atitlan: Couché de soleil du cote de San Marcos la Laguna.

Guatemala-Lac Atitlan: Volcan

Yohann Taillandier (http://yoytourdumonde.fr)

 

GUATEMALA: Un jour du coté de San Pedro de la laguna.

Aujourd’hui pas d’article à proprement parlé parce que je suis resté à San Pedro de la laguna pendant plusieurs jours pour me reposer un peu. La ville etant assez petite, je n’ai pas beaucoup à ecrire, mais je vous laisse les superbes photos que j’ai pu faire.

Guatemala- San Pedro de la Laguna: Chaque matin nous faisions le marché, l'occasion d'etre au plus pres de la population locale.

Guatemala- San Pedro de la Laguna: Une femme sur le marché

Si ce n’est que je suis resté plusieurs jours avec mes amis Allemands. Chaque matin, nous allions ensemble prendre le petit dejeuné. Et justement, là ou nous prenions le petit dejeuné de l’autre cote il y avait le marche de San Pedro de la Laguna, un superbe marché ou il y avait tres peu de touriste ce qui rendait le lieu particulierement authentic. Vous pouvez d’ailleurs voir sur les photos les vetements traditionnels que portent les femmes: des robes en bas qui tiennent essentiellent grace à une ceinture large et un haut toujours en couleurs. Le soir nous allions à la rencontre des restaurants de la ville qui sont assez sympa.

Guatemala- San Pedro de la Laguna: Le marché

Guatemala- San Pedro de la Laguna: Le marché

Guatemala- San Pedro de la Laguna: Le marché.

Les Allemands sont partie au bout de 3 jours pour aller du cote d’Antigua puis pour faire la partie est du pays alors que je dois aller au nord pour rejoindre Chichi et son marché le plus grand d’Amerique Centrale parait-il.

Guatemala- San Pedro de la Laguna: Pres du lac on peut apercevoir les villages qui bordent le lac.

Guatemala- San Pedro de la Laguna: Les pecheurs du lac tres nombreux chaque matin.

Yohann Taillandier (http://yoytourdumonde.fr)

 

GUATEMALA: Arrivé au Lac Atitlan, joyaux de la nature.

Après avoir marché 45 km, nous arrivons pour le levé du soleil du coté du Lac Atitlan, joyaux de la nature et du Guatemala. Les quelques douleurs aux jambes sont insignifiantes quand je regarde droit devant moi et que je vois cette étendue d’eau à perte de vue coincé par de haut et magnifique volcans! Ainsi se trouve devant moi l’un des plus beau endroits au monde que Dame Nature a su créer!

Guatemala: Le lac Atlitlan par yoy21

Preuve à l’appuie des milliers de voyageurs qui pensent rester qu’une ou deux journées y restent finalement une semaine. Quand à certains ils y sont resté pour toujours. John L.Stephens un explorateur et chroniqueurs du 19eme siècles écrivit sur le Lac Atitlan: « Spectacle le plus magnifique que nous ayons jamais vu. »

Guatemala- Lac Atitlan: Première photo de la journée, le soleil se lève sur le lac. Superbe non?

Guatemala- Lac Atitlan: Levé du soleil.

Quand nous arrivons sur le sommet de la dernière colline que nous montons nous apercevons au loin le soleil qui apparait. Cela commence par un rayon, puis on peut voir son corps, cette énorme boule de feu. Il irradie le lac qui tend vers une couleur blanche et bleu selon les endroits. Et puis le vert est de mise avec les volcans qui l’entourent. La scène est encore plus belle car au loin sur le lac on peut déjà apercevoir les pécheurs qui voguent sur les eaux.

Guatemala- Lac Atitlan: Toujours avec le soleil.

La formation du Lac

L’activité volcanique dans la région dure depuis des millions d’années et n’est pas prés de s’arrenter! Le paysage que je peux voir droit devant moi est née de l’éruption massive il y a 85 000 ans du: Chocoyos qui cracha des cendres volcaniques jusqu’à la Floride et le Panama. Regardez une carte le Panama et la Floride sont pourtant à des milliers et des milliers de kilométrés! La quantité de magma projeté provoqua un effondrement du sol puis une dépression apparut dans le ciel noir. Cette dépression ne mettra que peu de temps à remplir complétement le troue béant laissé par l’effondrement du sol, le Lac Atitlan était née.

Guatemala- Lac Atitlan

Guatemala- Lac Atitlan: Nuages traversant les montagnes avec le lac Atitlan au premier plan.

Le lac s’étend sur plus de 8 km du nord au sud et de 18 km d’ouest en est! Beau bébé non? Quand à sa profondeur elle varie mais actuellement elle serai de plus de 300m


Guatemala: Le lac Atitlan 2 par yoy21

Les volcans qui entourent le lac sont superbe et nombreux. Ils varient en taille, le Volcan San Pedro culmine à plus de 3 000m de hauteurs, le Volcan Atitlan lui est à plus de 3 500m.

Guatemala- Lac Atitlan

Guatemala- Lac Atitlan

Quand aux villages qui entourent le lac, il y en a plusieurs. Quand nous sommes arrivé le premier village que nous avons traversé fut San José! Superbe petit village, j’aurai bien voulu dormir ici mais nos sacs n’étaient pas là. La population nous a encore accueilli avec de grands bonjour et de sourire! Finalement nous avons logé du coté de San Perdo la Laguna. La plus grande ville se trouve de l’autre coté du lac: Panajachel, je vous en parlerai bientôt car c’est là ou j’ai fais mon marché! Mais lde village qui a la faveur des touristes semblent être San Marcos La Laguna!

Guatemala- Lac Atitlan

Avec mes amis Allemands ont décidé de continuer l’aventure et ont partage une chambre d’hôtel. Vers 14h, nous prenons le dernier repas avec notre guide Carlos. Ce dernier nous explique qu’il compte reprendre le chemin de l’armée car guide ne paye pas assez! On se regarde avec les Allemands médusé! Comment Carlos qui a une petite fille de 8 ans peut penser à prendre le chemin de cette armée qui a du sang plein les mains? Je comprend que l’on puisse vouloir plus d’argent mais en tuant des gens sans justice, jamais! Je suis le dernier a me retrouver avec Carlos, je lui dis mon point de vue. Il me repond que cela sera la dernière option, que bien-sur il ne veut pas y aller mais que c’est une possibilité. Le Guatemala n’y arrivera donc jamais à trouver la paix je me dis.

Guatemala- Lac Atitlan: Photo tres intéressante, car plusieurs maisons sont actuellement inondé. Il faut savoir qu'en octobre il a plut pendant 2 semaines sans s’arrêter. Les eaux du lac ont pries plusieurs mètres. Or depuis quelques temps les guatémaltèques me disent que le temps est vraiment entrain de changer dans leurs pays.

Guatemala- Lac Atitlan: San Pedro, le village ou j'ai logé plusieurs jours;

La fin de journée fut calme! Tous le monde à la douche, petit tour du village et au lit!

Yohann Taillandier (http://yoytourdumonde.fr)

 

GUATEMALA: 45 km de marche pour rejoindre l’une des merveille du monde naturelle: le « Lac Atitlan » SUITE

Le réveil n’a pas sonné ce matin mais la nature a fait son travail ! Déjà hier pour aller axu toilettes j’ai du traverser des champs, j’ai l’impression d’être à Saint Martin du Vieux Bellême (Normandie) dans les années 60. Les femmes lavent leur linge dans d’énorme lavoir, la communauté est beaucoup plus solidaire et les toilettes ne sont pas dans les maisons mais dans des champs ! Et…et ce matin se sont donc les coqs qui nous ont lève des 5h du matin. Résultat cela nous a valu un énorme fou rire car nous avons fait durant 30 minutes les différents sons du coq selon les pays. Et grosse surprise cela est vraiment différents entre La France, l’Allemagne, le Guatemala. La palme venant aux USA qui font un bruit commençant par cocorico et terminant pat un genre de rikiki. Bref, la matinée commence dans la joie et la bonne humeur.

Guatemala: Je quitte des le matin de superbes paysages. Photo prise pres de la Communauté ou j'ai dormie.

Guatemala: Arme de nos batons et sac, nous repartons pour plus de 10h de marche. Ouiah ouiah je sais, je vais avoir un sacre beau cul en revenant en France. ptdr

Petit déjeuné vers 5h30 et nous prenions de nouveau nos différents bâtons et sacs pour continuer le périple. Hier nous avons perdu beaucoup de temps d’après Carlos à cause de l’orage, nous devons marcher un peu plus vite aujourd’hui.

Je ne vais pas écrire autant qu’hier sur les paysages sont toujours aussi magnifiques. Quelques fois je me retrouve sur des chemins ou les précipices sont très grand dans ce cas j’essai de ne pas trop regarder dans le fond. Vers 10h nous traversons une tres grande rivière avec un pont en bois qui peut s’écrouler à tout moment. L’occasion également de prendre un bain de soleil et de se reposer pendant une demi-heure. Et vers 12h nous avons traversé une montagne ou il y avait juste la place pour faire passer une voiture et des deux cotés un précipice. Superbe endroit ou je me suis souvent posé la question de savoir comment ils avaient fait pour construire la route.

Guatemala: Paysage traversé.

En effet, il faut savoir qu’au Guatemala le gouvernement à entrepris la construction de route son entretien est tres franchement à désirer. Un truc de fou, il y a des trous partout au mieux ! Au pire, une partie de la montagne s’est effondré sur la route et l’Etat Guatémaltèque a décidé de ne pas refaire de travaux. C’est donc la population locale qui a besoin de route pour faire vivre du commence et travailler qui s’en charge. Dans ce cas, il y a parfois de nouveaux tracé et l’Etat Guatémaltèque informe la population par panneau que ce passage est à leurs risques et périls. Soit les locaux font des travaux direct sur la voie défoncé mais la aussi l’Etat Guatémaltèque informe qu’en cas d’accident ils ne sont pas responsable ! Du genre : Je m’en lave les mains, on peut dire que l’Etat Guatémaltèque ne prend pas du tout c’est responsabilité.

Guatemala: Paysage traversé.

Guatemala: Carlos en pleine meditation.

Arrive l’heure du repas. Nous nous arrêtons devant un petit commerce dans une zone complètement perdu. On achète de la nourriture pour faire le repas mais la vendeuses n’a pas de monnaie. Intelligemment Carlos propose alors qu’elle nous fasse la nourriture est nous serons quitte. Elle accepte, décidément tout parait plus simple au Guatemala ! Apres 30 minutes, nous arrivons dans la cuisine avec les Allemands. Dans la cuisine, il y a la vendeuse qui est avec sa grand-mère est Carlos. La discutions entre les trois est pesante. J’en comprends de suite les problèmes. La vendeuse a 17 ans et veut quitter la Communauté pour étudier. Sa mère est déjà partie à la Capitale là ou il y a les meilleures universités. Le hic est qui va s’occuper de la grand-mère et surtout, elle a une demande en mariage d’un homme de la Communauté qu’elle n’aime pas mais est amoureuse d’un autre qui ne veut pas s’engager. Mais c’est surtout sur la question de l’université que cela bloque. Parce que l’université coute très chers ici au Guatemala. La grand-mère lui a bien donné un peu d’argent pour pouvoir étudier ici mais sans université officielle.  Je me rends compte que cette discutions est une discussion que je pourrai entendre tous les jours au Guatemala. Cette jeunesse qui dans les montagnes n’a d’autres choix que de faire comme leurs parents, rester dans la communauté. Si certains veulent aller à l’université ils s’exposent à différents problèmes, le premier étant l’argent ! Comment payer l’université et le logement ? Rien qu’avec ces deux questions le choix est fait ils restent donc dans la communauté. Mais si vraiment le choix est d’étudier, il quitte la Communauté pour aller à la Capitale, bien-sur il n’y a que des Universités à la capitale. Il quitte donc la Communauté et se retrouve seul dans une ville avec des millions d’habitants alors qu’avant ils étaient 200 dans la Communauté. Généralement, beaucoup sombres alors dans l’alcool et la dépression et quand il décide de revenir à la Communauté ils sont presque mis à l’écart. Je reste à écouter le débat, Carlos alors me demande comment cela se passe en France ? Je réponds pendant 10 minutes. Cette vendeuse sympathique me parait être une vendeuse coincée dans ces montagnes avec aucune porte de sortie. Cela mine mon moral. Sur les murs de la cuisine je remarque qu’il y a un quelques page déchiré de journaux, je regarde de plus pres il s’agit des voyages de différentes fusées dans l’espace. L’évasion, tout ici amène à l’évasion.  Je vois souvent des panneaux de l’Union Européenne qui  donne de l’argent pour la réhabilitation de maisons anciennes dans les rues ce qui est une bonne chose. Mais la construction d’une université dans cette partie du Guatemala avec la présence d’une population indigène Maya serait encore plus intelligent. Pas une grande université comme on peut l’imaginer en France. Mais déjà une structure de 5 ou 6 salles pour commencer avec des enseignements de qualité.  Voila ce que je répond à Carlos quand il me dit qu’il vaut mieux pour ces personnes qu’elles partent du Guatemala pour les USA ou L’Europe. Je ne pense pas, mieux vaut construire une ou deux université dans le reste du Guatemala et qu’ils gardent leurs tête grise !!!

Guatemala: J'ai prie plusieurs photos de la grand mere que je trouvais tres belle.

Guatemala

Guatemala: On peut voir la tenue locale porté par la grand mere.

Dans l’après midi, on traverse plusieurs communautés et nous avons la chance de voir une réunion. Sur la place publique des centaines de Mayas et le chef étaient en grande discussion. Toujours le même problème il manque de l’argent pour développer les infrastructures de la région. Même doléance d’un pays qui pourtant ne me parait pas tant dans le chaos que les guides ou les documentaires semblent l’indiquer. Je vois surtout qu’ils ont le sourire un énorme et grand sourire et cela me réchauffe le cœur.

Guatemala: Apres le repas nous retrouvons des paysages a couper le souffle.

Guatemala: De part est d'autres du chemin le neant. Et puisque le chemin est limite en sable on se demande comment cela tient.

Vers 17h nous arrivons dans la ville ou nous allons dormir. Demain matin nous serons au Lac, nous avons marché plus de 12h aujourd’hui.  Mais bizarrement je n’ai aucune douleurs aux jambes qui semblent s’être habitué à par quelques ampoules. A table Carlos nous demande si nous nous rappelons du type qui avait un énorme fusil quand nous nous dirigions du coté du Volcan Santiaguito, nous répondons oui. Et il nous dit que c’était un paysan qui était présent pour tuer des militaires si c’est dernier se trouvaient pres du village. « TUER » !!!??

Guatemala: Sur le chemin j'ai pu voir des parcelles entieres de.... CAFE. De l'Arabica en plus. Pensée aux collegues de Nespresso.

Carlos nous parle du Guatemala, de son Guatemala et non du Guatemala que l’on peut lire dans les guides ou dans les histoires officielles. La semaine dernière il y a eu plus de 30 morts du coté des paysans. Cela n’est pas la première fois et cela ne sera pas la dernière. Je lui rétorque pourquoi cette bataille entre « Paysans-Militaire »alors que la guerre civile au Guatemala est terminée depuis un  1996 et que celle-ci a fait des milliers et des milliers de morts. La guerre civile n’est pas finie Yohann me répond Carlos! Elle en est loin. Des payants ce fait encore assassiné par les militaires avec l’aval du gouvernement. Pourquoi ? La Drogue. Les paysans qui n’arrivent plus à vivre dans ce système capitaliste ou ils doivent tous donner, ils n’hésitent plus à présent à planter de la drogue sur des parcelles. L’armée quand elle apprend cela arrive est décide de tuer les paysans et certains villageois qui les protègent ; Pour ne pas se laisser faire ces derniers se sont organisé est chaque mois chaque camps compte ces morts !

Guatemala: Fresque qui se trouvait sur la place principale d'une petite communauté ou les habitants s'etaient reuni pour parler des differents problemes au sein de la Communauté. On peut voir sur la partie droite le jeu floue entre homme armé, l'armée et un Maya a terre qui semble avoir ete tue.

Je fini mon plats la tête dans le guidon ! La guerre civile fait encore rage au Guatemala je me répète dans la tête. Je ne suis pas inquiet pour moi je sais que cette guerre sale se fait loin des zones touristiques, le gouvernement ne voulant certainement pas faire trop de bruit dans cette pratique de justice à la vie à la mort ou les Droits de L’Homme sont bafoué. Je suis surtout peiné par la population. Une population qui vie cette tension au quotidien ! Mais surtout je ne vois pas de porte de sortie. Il faudrait pour se faire que les USA change complètement leur politique ! Il commence d’ailleurs à m’agacer sur leur position vis-à-vis des pays d’Amérique Centrale. Clairement les pays d’Amérique Centrale reçoivent des milliers de dollars par les USA s’ils ont une politique de lutte contre les drogues fortes. Résultat : Depuis 2005 le Mexique est a plus de 60 000 morts. Toujours pour faire bon amis avec les USA le Guatemala en prend le chemin. On parle de plus en plus d’une guerre au Mexique, le terme est aussi présent au Guatemala. Mais l’oncle Sam s’en moque, on distribue des dollars et les morts ne sont pas de leur coté de la frontière ! 

Guatemala: Une photo pour vous donner l'eau à la bouche du paysage EXTRAORDINAIRE que j'ai vu le lendemain matin quand je suis arrive du cote du Lac Atitlan.

Yohann Taillandier (http://yoytourdumonde.fr)

 

 

GUATEMALA: 45 km de marche pour rejoindre l’une des merveille du monde naturelle: le « Lac Atitlan »

J’ai finalement dis « OUI », j’ai donc décidé de continuer l’aventure avec les 3 Allemands (Martin, Carlers et Yann) ainsi que notre guide Carlos. Cette fois-ci pas de lave ni d’éruption.  Au programme 2 jours et demi de marche dans la campagne du Guatemala, enfin plutôt entre la campagne, volcans et les communautés présentes. Même si j’ai de grosse douleurs aux jambes, Carlos m’a tres bien vendu les deux jours et demi de marche ou nous allons dormir chez des locaux. C’est ce qui m’a décidé à dire oui, me retrouver au plus prés de la population locale.


Guatemala: Le marché de Quetzaltenango. por yoy21

Guatemala: Le marché.Guatemala: Marché

Mon jours de repos du coté de Quetzaltenango a été très calme, repos des jambes et encore repos des jambes. J’ai juste été du coté du marché pour faire plusieurs photos et manger dans un restaurant du même quartier. J’en ai profité pour faire quelques courses et notamment l’achat des 4  d’eau prévu pour demain.

Guatemala: Dernier matin sur le marché de la ville.Guatemala

6h15 : Le reveil

C’est donc partie, je fais mon sac pour quitter Quetzaltenango, deuxième ville du pays qui n’a pas un charme extraordinaire mais qui est tranquille. Je rejoins l’agence de voyage ou je vois Carlos tout content de me revoir, au départ je lui avais dit un franc « Non » pour cette aventure. Les Allemands ne sont pas à l’heure, ouahhh des allemands pas à l’heure c’est rare, mais ils sont mieux organisé que moi, ils ont apporté un petit déjeuner que j’ai complètement oublié.

Guatemala: C'est partie pour le periple. 45 KM a pieds dans les paysages splendides du Guatamala.Guatemala. Au loin on peut voir une nouvelle eruption du Santiaguito

7h30- 16h30 : Les hauts plateaux  et Communauté indigène guatémaltèque

Les premiers kilomètres se font dans une voiture, le temps de quitter la périphérie de la ville. Puis on commence à marcher. Et je commence déjà à voir noir car durant les deux premières heures on monte, on monte et on continue de monter. Au bout d’un moment nous voyants un peu dans l’expectative d’une telle monté Carlos nous fais le résumé des 2 jours et demi : Ce matin on monte, cet aprèm on monte. Demain matin on descend et dans l’apres-midi on monte et le matin des troisièmes jours on fait que…descendre.


Guatemala: En route vers le lac Atlitlan por yoy21

Guatamala: Avec la population locale.Guatemala: Une petite communauté.

Sur la route nous voyons beaucoup d’homme en tenue traditionnel. Ils ont une veste brodée de couleurs vive essentiellement de couleur orange, une robe et marchent pieds nu. Ce matin ils font tous le même trajet, on les voit arrivé d’une foret et portent sur leur dos du bois. Pour porter la charge il s’aide de leur front, les cordes se reliant sur ce dernier ou ils ont posé un caoutchouc.  Bizarement de notre coté cela devient plats par contre pour ces locaux je les vois monter avec cette charge impressionnantes sur le dos, j’ai mal pour eux. Mais je suis ébahi, depuis ce matin tous le monde s’arrête pour nous saluer, nous dire bonjour et quelques mots. Tu les vois de loin arriver, tu peux voir leurs souffrance à porter ces morceaux de bois et quand ils arrivent à notre hauteurs, n’hésite pas à s’arrêter pour nous dire bonjour et nous demandez comment nous allons. Je suis ébahi pas surpris car cela rejoints mes premières sensations sur le Guatemala. Des la frontière j’avais remarqué que les gens ici étaient beaucoup plus ouvert qu’au Mexique. Cela se confirme.

Guatemala. Paysage MAGNIFIQUE.Guatemala: Un homme porte du bois en tenue locale.

Nous continuons à marcher dans des paysages à couper le souffle. Je pense énormément à mon frère David et à mon père qui s’était extasié sur les paysages de Nouvelle-Zelandes dans quelques films. Avec les paysages superbes entre Volcans, chemins et rivières le Guatemala est une superbe destination nature également. En effet, nous avons commencé la marche en regardans au loin ou nous pouvions voir le Volcan Santaguito dans une forme olympique, avec l’orage de cette nuit, le volcan n’en finit plus de multiplier les éruptions. Puis nous avons monté pour nous retrouvons sur des chemins à couper le souffle. Mais c’est peut etre vers 12h que nous mesurons les richesses du Guatemala quand Carlos nous fait voir au loin, 3 volcans et juste en dessous un lac. Il nous fait en faite voir notre destination finale, tout au loin mais nous restons de longues minutes à regarder ce lointain fait d’énorme volcan et de ce lac qui parait sortir de nulle part.

Vers 13h il est le temps de manger. Le site auquel pensait Carlos a été complétement dévasté. Il s’agit d’une petite église dans les montagnes, mais les différents ouragans de l’année dernière ont dévasté cette dernière. On mangera dons sur ces ruines.

Guatemala: Une famille sortie de la maison pour me faire saluer.Guatemala: Moment tres agreable avec la population locale.

Et arrive un GRAND MOMENT. Alors que nous terminions de manger, la terre se met à trembler…ou plutôt pour une fois le ciel ! Un orage avec de bonne quantité de pluie et d’éclair. On a pas prie de risque et on s’est invité dans la maison la plus proche de l’église. A l’intérieur une famille guatémaltèque. Choc de civilisation, de société totale. Il y a 6 ou 7 jeunes filles et deux ou trois jeunes garçons. On se regarde les uns et les autres avec étonnement. Tout diffère entre eux et nous. La tenue de leur coté et très locale même si ils peuvent avoir des basquettes, le père lui ai vraiment habillé en tenue local. Il ne parle pas espagnol mais parle la langue locale, c’est donc la femme qui fera la traduction pendant deux heures. Je ne suis pas sur que les jeunes vont également à l’école. Les jeunes femmes continues de nous regarder avec insistance mais cela est vraiment de la curiosité rien de mal. Entre elle on peut voir des petits regards en coin et de large sourire. Dommage pour la langue que l’on ne puisse pas parler mais cette atmosphère de surprise et de différence culturelle va rester pendant 2h. On leur montre nos photos, elles sont surprises. Quand on fait des photos de la nature, ils courent voir ce que cela peut faire dans cette étrange boite noire. Moment complètement magique. Je ne regrette nullement d’être venu. Ce moment restera très longtemps dans ma mémoire. Pour ce dire au revoir on multiplie les signes de tête. Carlos ne pouvant pas trop nous aider car lui aussi à poser énormément de question à cette famille pour savoir de quoi il vivait, leur culture. Avant de partir je demande si je peux les prendre en photo. La réponse fut énorme : « Bé nous ne sommes pas en tenue, nous ne sommes pas préparé ». J’essaye de leur expliquer que justement c’est la différence entre leur façon de vivre et la mienne que j’aime dans la photo que je veux prendre. Mais elle se trouve vraiment pas belle pour la photo et me répondent non.

GuatemalaGuatemala

Pas grave, on reprend le chemin de la route après ce moment indescriptible et nous commençons à traverser plusieurs petits villages. Sauf qu’ici on ne dit pas village, mais « communauté ». A chaque passage, les enfants sortent de la maison, nous font de grand signe de main avec d’énorme sourire.  Aux détours d’un virage je peux voir sur le creux d’une colline la présence d’une communauté. Je prends quelques photos des tôles en guise de toit. Et je remarque qu’une maman me fait de grand signe de bonjour, suivi de toute la famille qui est sortie de la maison pour me saluer. Je suis amoureux du Guatemala ! Les gens sont simples tous le monde te dit bonjour ! Un truc de fou !

Guatemala: Construction d'une maison pour une personne de la communauté. Alors Julien tu l'a trouves comment cette maison?Guatemala: Construction d'une maison pour la communauté.

Même manifestation en sortant d’une petite communauté ou j’ai vue plusieurs enfants se rués sur nous pour nous saluer. Et là j’ai prie plein de photos, je suis resté avec eux pendant 10 minutes. Moment très agréable.

Vers 16h30, nous avons rejoins le premier hébergement, c’est-à-dire que nous pouvons dormir ici cette nuit ou continuer à marcher pendant 2h. Puisque le soleil se couche particulièrement vite dans cette région du globe on décide de dormir dans une petite « communauté de 2000 habitants.

Guatemala: Des jeunes de la communauté, la petite fille a droite etant habille en tenue locale.Guatemala: Jeune de la communauté.

Justement on s’arrête là ou ils sont entrain de construire une maison. L’occasion de leur poser plein de questions sur les us et coutumes. Généralement ces communautés se sont créer il n’y a pas si longtemps et se sont généralement des familles. Chaque communauté à une école ou l’enseignante doit parler autant la langue locale que la langue espagnole. Ils vivent essentiellement de leurs récoltes. Il est vrai qu’il n’y a rien à plus de 2h de marche, donc pas d’usine, la communauté s’autogère. Je sais pas si chaque année mais une à deux personnes sont élu pour gérer la communauté. Tout se petit monde restant ici. Question : Les jeunes vont-il à l’université ? Réponse négative mais j’y reviendrai plutôt demain sur cette question.

Guatemala

En tous cas je me couche dans ce petit village ou j’ai pu avoir la chance de parler avec l’un des chefs et jouer avec les gosses.  Sur le chemin à défaut de place du village, avec Carlos et les 3 allemands nous jouons au domino sous les yeux incrédules des gosses !

Guatemala: Presence d'une communauté.


Guatemala: Construction de maison au Guatemala por yoy21

Je sors à Carlos que demain je voudrai visiter l’école et voir comment cela se passe la première heure de cours. Il me dit qu’il n’y a pas de problème sauf que nous sommes…samedi soir et que demain c’est dimanche. Je suis complètement perdu au niveau des jours. Je crois que ce samedi un record est tombé me concernant : Au lit un samedi des 21h30 ! Et dire que Julien s’inquiete de mes sorties le soir au Guatemala. Calme, tres calme.

Guatemala: Fin de la premiere journée de marche. Au loin on peut voir les volcans et le lac qui se trouve a gauche.

Yohann Taillandier (http://yoytourdumonde.fr)