CUBA: Randonnée matinale du coté d’El Yunque

Je reste collé les yeux près de la fenêtre à regarder cette pluie tropicale qui ne cesse de tomber. René, le propriétaire de la casa particular ou je loge, me dit de ne pas me soucier: «Il ne pleut pas assez fort! Certes il pleut depuis 24h mais pas pour faire monter les rivières« . Je me couche donc dans l’incertitude la plus complète.

Cuba: Baracoa, c'est partie pour l'ascention d'El Yunque.

Cuba: La rivière que l'on doit depasser pour monter El Yunque.

Je me lève à 6h10. La femme de René est déjà levé, elle m’a fait un magnifique petit-déjeuner. Il ne pleut pas ce matin! Bonne nouvelle. Alors cette matinée devrait être assez mouvementée. Avec Loïc nous devons monter du coté d‘El Yunque. Normalement cela dura entre 4 et 5h, mais nous devons le faire en 3h. Juste après, nous devons redescendre avec le guide à toute vitesse car nous avons notre bus qui nous attend! Enfin, on espère car du coté de Baracoa, il semble que les places de bus soit assez difficile à trouver.


CUBA: EL Yunque 3 par yoy21

A 7h du matin, je me retrouve du coté de la place de la cathédrale. Cinq minutes après Loïc me rejoint. Le responsable de Cubatur est un  peu pessimiste sur la randonnée du à la pluie des 24 dernières heures. Tan pis! Nous prenons un taxis et 10km après nous nous retrouvons devant les premières pentes d’El Yunque.
Je veux faire ABSOLUMENT l’ascension d’El Yunque, c’est le passage obligé de Baracoa. Car El Yunque est une montagne plate. On peut l’admirer de presque tous les points de vue du centre de Baracoa. Comme un appel aux touristes, je pense que 100% de ces derniers tentent de faire cette ascension.

Cuba: Baracoa- En montant El Yunque, on peut aperçevoir d'etrange animaux.

Cuba: Baracoa- Tout en haut d'El Yunque dite "la montagne plate"

L’ascension commence près d’un camping. C’est là que nous devons trouver un guide. Il est important de savoir qu’il est OBLIGATOIRE de prendre un guide, de toute façon personne ne vous laissera monter sans guide. Au départ, je pensais que cela été encore pour donner de l’argent à l’Etat Cubain mais force est de constater qu’il y a des dizaines et dizaines de petits sentier et donc que le guide est vraiment nécessaire.
Apres avoir marché 20 minutes, je comprends pourquoi il ne faut pas qu’il pleuve beaucoup, car en effet nous devons traverser une rivière à pied! Euh c’est deux fois l’Huisne quand même pour les Nogentais, pour les toulousains ont pourra dire que c’est la Garonne divisé en 3! Mais surtout de profondeur, j’ai quand même l’eau qui monte jusqu’a ma taille!!!
L’aller ce passe très bien. Nous montons tres vite. On refuse plusieurs pose que notre guide nous propose! Nous n’avons pas le temps pour cela. On marche, on court presque avec Loïc. On tend quand même l’oreille. Car  ici, on peut espérer voir le tocororo, qui est l’oiseau national cubain mais aussi le zunzuncito, qui est le plus petit oiseau du monde! Aussi grand…qu’un ongle d’une main!

Cuba: Baracoa- Quelle belle vue!

Cuba: Baracoa- Tout en haut de l'olympe.


CUBA: EL Yunque par yoy21

Quand j’arrive au sommet, c’est totalement magique. En effet, de loin je peux voir la mer, la plage et à quelques mètres de cette dernière la ville de Baracoa.  Puis, je peux voir tous le parcours que nous avons faits depuis ce matin. J’ai une vision globale de la région superbe! Je suis tout en haut, je me sens bien! On reste 20 minutes au sommet avec Loic, car il faut penser à descendre et là…Attention cela glisse!
En effet, la descente fut plus dure que l’ascension bizarrement! Et pourtant pour une fois j’ai des chaussures de randonnée! Je suis quand même tombé 4 fois sur les fesses dont une fois une bonne frayeur. Tombé juste devant un précipice Dieu merci, en tombant ma main droite à prie une liane. Apres cette peur bleue, j’ai pu continuer. La rivière est encore montée de quelques centimètres. Il était temps de faire cette ascension, je ne suis pas sur que cela soit possible de la faire dans l’après-midi.

Cuba: Baracoa- Entre plage et foret tropicale.

Arrivé à Baracoa, nous courrons du coté du bus. Je passe à la casa particular. René me prend dans ces bras, sa femme aussi. Nous faisons des photos qui ressemble à des adieux! Je me suis vraiment plus dans cette casa particular, même si je me suis réveillé plusieurs fois chaque nuit à cause des fourmis qui me réveillé dans mon lit! Ahh bé c’est le jeu ma pauvre Lucette!!

Cuba: Baracoa- René et sa femme de la casa particular.

Arrivé à la gare routière, surprise, j’ai une place mais pas Loïc. Apres 15 minutes de discutions, on peut enfin prendre le bus. Direction Santiago de Cuba pour 1 heure. Puis nous allons prendre un autre bus pour terminer cette journée dans les transports en commun dans la ville de Bayamo! Honte à elle, cette ville semble la 8eme ville la plus ancienne de Cuba. Or à Cuba, les 7 premières villes coloniales sont fêté mais pas la 8eme! Mais la polémique règne!!!


20111202102746 par yoy21

Yohann Taillandier (http://yoytourdumonde.fr)

 

CUBA: Processus de fabrication du chocolats et débats politiques

Il pleut, il pleut bergère! Si je ne savais plus ce qu’était la pluie, Baracoa m’en donne un aperçue! Car il n’arrête pas de pleuvoir ici. Dernière ville à l’Est de Cuba, emprisonné par les montagnes qui l’encercle, Baracoa semble garder pour elle les pluies et nuages. Il faut dire que regarder la météo est assez déprimante depuis 4 ou 5 jours. C’est toujours la même carte à savoir un front froid entrainant des pluies sur Cuba. Le problème c’est que soit ce front froid reste bloqué sur Baracoa ou que chaque matin un autre débarque sur l’ile. Je suis à Cuba depuis 18 ou 19 jours mais j’ai déjà vu la pluie 3 fois.

En direction du jardin avec des Cacaoyers.

Une fève de Cacao dans ce jardin près de Baracoa

Cette pluie est assez problématique qui plus est sur Baracoa qui est le paradis pour les randonnées dans la nature. Avouez que marcher des heures sous l’eau cela n’est pas terrible! Mais surtout depuis hier, je regarde d’un œil inquisiteur les nuages et toute cette eau car les rivières vont bien finir par augmenter leurs débits. Or, demain matin, je dois absolument faire l’ascension d »El Yunque qui se trouve à 575m d’altitude. Cette montagne étant assez fascinante car ici on l’appel « la montagne plate »! Mais juste avant l’ascension il faut traverser une rivière. Vous comprenez? Si la rivière est en crue, je ne pourrai monter sur cette montagne!

Et là surprise, en ouvrant la fève, je découvre cette substance blanche. Qui deviendra le chocolat après avoir séché au soleil.

Apprendre le processus de fabrication du chocolat

Alors puisque le soleil à décider de quitter Cuba pendant plusieurs jours, je me suis renseigné et avec Loïc ce matin, nous sommes dès 8h30 devant l’excellente agence Cubatur. Le programme de la journée: Visite de maison cubaine pour voir le processus de fabrication du chocolat. Juste après cette visite, l’agence nous propose de partir plusieurs heures sur la plage. Enfin, c’était hier, j’espère ne pas y aller aujourd’hui.

Un peu comme les poupées Russe, en ouvrant la substance blanche on peut voir ceci.

Photo très intéressante car on peut voir une partie du processus de fabrication du chocolat. Le premier jour, on va déposer la substance blanche dans le compartiment le plus haut, puis chaque jour descendre ce qui deviendra le chocolat.

Vers 10h avec Loic est un couple d’Allemand, nous rentrons dans une superbe demeure. Une maison tout en bois splendide, je connais un architecte qui devrait voyager avec moi, il verra de superbe demeure et de très bon exemple pour des projets futurs! Qui plus est la maison n’est pas l’attraction principale du lieu, car c’est ici qu’il y a des dizaines et dizaines de cacaoyer. Je vous laisse les photos pour comprendre comment est il possible de faire l’excellent chocolat que vous êtes entrain de manger ou plutôt de dévorer.

Après le processus de séchage, on va broyer le chocolat pour en faire une pâte puis une boule.


CUBA: Baracoa Cacao par yoy21

A table! A noter que l'on déguste le chocolat avec un peu de miel et beaucoup de sucre! Et c'est vraiment excellent!

Cette visite aura duré plus de 2h. J’en suis ressortie ravi car une fois encore j’ai appris quelques chose dont je ne maitrisais pas du tout: la fabrication du chocolat. Je regrette juste le fait de ne pas avoir la possibilité de rentrer dans l’entreprise de fabrication du chocolat de Baracoa qui fut inauguré par le « Che » lorsque ce dernier été ministre de l’industrie. Après cette visite, hélas, nous nous sommes dirigé du coté de la plage. Alors certes pour y accéder nous avons fait du bateau durant 1h mais j’ai fini frigorifié. Et oui, on peut être frigorifié sous 29°c!

 

Débat de 5h avec René 80 ans

Après ce périple humide, je suis bien content de rentrer dans ma casa particular. Je ne vous en est pas parlé mais je dors chez René et sa femme. D’une certaine façon dormir chez René, cela me donne la possibilité de voir comment vivent les cubains. Car René a 80 ans, sa femme un peu moins. Et la mère a René ou de sa femme loge également dans la même maison. Je pense qu’il y a quelques maisons de retraites mais les cubains préfèrent que leurs parents dorment sous les toits des enfants à partir d’un certain âge. Et je trouve cela plutôt chouette. Oui papa, oui maman, je me rappellerai de cet article quand vous allez voir 80 ans aussi! lol.

Après le chocolat, direction la mer sous la pluie. Nous y sommes allé en bateau, une genre de pirogue.

René sait que j’ai fais Science Politiques à Buenos Aires, depuis 2 nuits il m’invite dans son bureau ou il regarde les matchs de Base-ball retransmit par la télévision publique cubaine. Mais depuis 2 nuits j’avais tous les arguments pour ne pas débattre avec René. Cette nuit, j’en ai pas et c’est même moi qui en est fait la demande. J’ai beaucoup de question sur Cuba: Sur la propriété, sur les voitures, sur les relations avec les USA, sur la prostitution omniprésente ici.

Quand je débarque dans son bureau, René à le sourire. Il commence à me parler de son enfance. Sa mère est décédée quand il est né. Son père est producteur, ou plutôt très producteur car René à 25 frères ou sœurs! D’ailleurs, je ne sais plus si cela est 25 ou 29. Le papa ayant eu 3 femmes pour parvenir à un tel chiffre. Cela me fait beaucoup rire et à René aussi. Il a été élevé par une Russe. Une superbe femme Russe, blonde avec des yeux bleus. De sa mère il en a fait un musée. En effet, dans son bureau je peux voir des dizaines et des dizaines de photos de cette femme, avec des lettres et des centaines de vêtements lui appartenant.

Exemple de bateau pour la pêche.

Après sa mère, René me parle de sa vie. Il a participé à la révolution cubaine. Il a crée le Partie Communiste de Baracoa. Il a vu plusieurs fois Fidel Castro en entretien mais aussi Ernesto Guevara et le président actuel cubain. Je ne vous dis pas ce que je ressens dans le bide. J’ai devant moi un homme de 80 ans, qui a fait une révolution et qui a côtoyer des personnes historiques comme Castro et le « Che. Je sais que ce soir, je vais passer un moment dont je me rappellerai toute ma vie. Et ce fut réellement le cas!

Car René me pose LA question: Qu’est ce que tu veux apprendre sur Cuba? Je sais qu’il faut faire attention quand il s’agit de politique. Je sais que des touristes ont vu leur voyage écourtaient car ils étaient contre le gouvernement. Alors je commence à parler de la pluie et du beau temps. Mais, je sais à l’intérieur de moi, que René attend un vrai débat, alors très vite les questions fusent: Est ce que tu es content de ton Cuba actuel? La révolution cubaine est-elle une réussite? Qu’est ce qui n’a pas été? Ce qui a manqué? Et j’attaque sur les droits de l’homme: La liberté de la presse inexistante? Qu’il n’y a pas de partie d’opposition. Mais René répond, et répond à ma plus grande surprise très bien. M’explique comment il a vécu la révolution. Ce qu’a fait Batista: Rien si ce n’est enfoncé son peuple. Que la révolution est donc la meilleur des choses qui est arrivé à Cuba mais que le pays a été traumatisé par l’embargo US et la fin de l’URSS. Sur la liberté de la presse, il répond qu’elle existe! Que certes il n’y a pas de journaux d’opposition mais qu’un journaliste peut ne pas être d’accord et faire un article contre une loi du gouvernement. Mais que l’article en question ne doit pas être une attaque contre Fidel ou Raul et il faut qu’il y est surtout un argumentaire. Certes, qu’il n’y a pas de partie d’opposition mais qu’il y a des élections municipales et que là tous le monde peut être candidat. Que plusieurs projets chers à Fidel n’ont pas vu le jour car la population n’était pas au courant.

Alors je profite de cette photo pour vous souhaiter à tous UNE EXCELLENTE ANNÉE 2012! BONNE ANNÉE A TOUS. Donc ici un cochon qui à l'heure actuelle doit être bien grillé. Et ici les cochons mangent des cocotiers. Surprenant non?

Le débat aura duré plus de 4h! Il aura été arrêté par la femme de René, lui demandant d’aller ce coucher. Après tout il était 0h00 dépassé. Je me suis couché trop content de se débat. J’ai eu le temps de parler de la France, de l’état du PS, de la prochaine élection, de Sarkozy. En quittant son bureau, René me serre dans ces bars avant de se coucher, je pense que lui aussi a appris des choses et qu’il doit être tout content d’avoir discuté avec moi pendant des heures. Quelle émotion!

Yohann Taillandier (http://yoytourdumonde.fr)

 

 

CUBA: Randonnée au Parc National Alejandro de Humboldt, inscrit au Patrimoine Mondiale de l’Unesco

Ce matin, je me réveil de bonne heure, car j’ai rendez-vous avec une agence de voyage. Chose rare, d’habitude je préfère marcher pendant des heures que de faire confiance aux agence de voyage, beaucoup trop chers et trop peu d’indépendance. Pourtant ce matin, des 8h30, je me tiens devant l’agence Cubatur qui se trouve au centre de Baracoa.

Loic était bien content de se retrouver dans le taxi à 6 comme on peut le remarquer sur la photo.

Car là je ne pouvais visiter le Parc National Alejandro de Humboldt seul. La raison principale est que ce Parc inscrit au Patrimoine Mondiale de l’Unesco se trouve à plus de 40km de Baracoa.

C'est quoi? Tous simplement une fève de Cacao.

« Sans égal dans toutes les Caraïbes », c’est ainsi qu’on présente souvent ce parc national dixit le Lonely Planet. Avoué que cela donne l’eau à la bouche, même si les Caraïbes ne sont pas réputé pour être un territoire immense. Ce Parc porte le nom d’un explorateur: Alexander Von Humboldt qui débarqua dans cette partie de Cuba en 1801; A l’époque cette ile n’était autre qu’un territoire espagnol dont ces derniers ne voulait absolument pas perdre.

Apres avoir cassé la feve, il faut faire secher ce qu'il y a dedans pour avoir du chocolat. Baracoa est d'ailleurs la capitale du Chocolat de Cuba.

Pourquoi ce parc est il inscrit au Patrimoine Mondiale de l’Unesco depuis 1991?  La première réponse est une consécration aux efforts du gouvernement Cubains pour protéger ce territoire. En effet ici, la nature est seule maitre, pas d’hôtel, pas de bunker. L’être humain est comme un simple invité et les quelques villages prés du parc ne sont que des hameaux de quelques habitants ayant des petites maisons construite grâce aux cocotiers. Deuxièmement, le Parc contient un nombre incalculable d’espèces animales et végétales.
Ainsi se trouve dans ce parc, plus de 1 000 espèces de plantes à fleurs (heureusement qu’avec mes 1m62 je ne m’y suis pas perdu, sinon je ne serai jamais revenu! Et j’aurai pu chanter « qui a vu le grand méchant loup pendant durant un nombre incalculable de jours). Qui plus est, il y a plus de 145 sortes de fougères dépassant outrageusement, l’unique fougère de mon chers bois de Saint Pierre la Bruyère en Normandie!

C'est donc à l'aide de petite branche que les révolutionnaires pouvaient écrire des codes à destination des autres révolutionnaires.

Selon l’Unesco: « L’un des écosystèmes terrestres insulaires et tropicaux le plus divers du monde sur le plan biologique » se trouve ici d’où son sacre.

11 km de randonnée

La randonnée est superbe, je me suis retrouvé avec Loic, un franco-suisse qui fait le tour de l’ile pendant 6 mois. Et avec une chypriote et une irlandaise. Nous sommes partie de Baracoa en taxi.

Arrivé à l’entrée du parc, nous devons payer l’entrée de se dernier (pour la journée entière j’ai du payé 17 euros seulement). Au passage, Cubatur est une tres bonne agence, n’écouter pas les cubains qui vont vous faire payer une sommes astronomique pour finalement vous faire qu’un petit tour du parc. Un biologiste du parc nous attend devant le Centre des visiteurs, la visite peut commencer.
Il n’existe que 3 sentiers ouverts aux publics actuellement. Avec notre guide, nous avons commençaient la randonnée par la traversée d’un pont en bois sans pilier au milieu qui bougeait de partout, pour ceux qui connaissent le bois de Bellême, il y avait un pont comme celui-ci le temps de ma jeunesse, soupir…les 30 ans arrive! Il faut donc traverser ce pont et quelques kilomètres plus loin traverser une rivière.

Paysage magnifique.

Apres ces obstacles, le parc est pour vous. Les fougères y sont magnifiques. Vous pouvez voir une espèce d’arbre faisant des feuilles ou les révolutionnaires pouvaient écrire dessus. En effet, comme vous le savez maintenant, une partie de la révolution s’est joué ici dans les forets Cubaines. Or les révolutionnaires prenaient les feuilles d’un arbre que l’on retrouve dans ce parc et à l’aide de petite pierre ou de branche, pouvaient écrire un code. Il y a aussi des centaines d’oiseaux, dont l’oiseau le plus petit au monde qui se trouve ici, aussi petit qu’un ongle d’un doigt!

La visite m’a énormément plus, cela m’a fait du bien de me retrouver en pleine nature, après plusieurs jours entre ville et mer. J’ai pu également boire et manger une noix de coco qui venait de se faire couper de son arbre. Au passage, la noix de coco sert à Cuba : aux touristes bien sur, à l’économie (exportation) mais aussi à la nourriture pour cochon et à faire de l’huile. Les cubains boivent également énormément le liquide dans la noix de coco, car elle est réputé très bonne contre toute maladie des reins.
Si j’ai donc énormément aimé ce périple dans ce parc, je commence à m’interroger sur les guides du genre, Routard et Lonely Planet qui nous expliquent que la meilleure période pour aller à Cuba est « mars-avril » ou « novembre-décembre ». La dernière citée est celle ou j’ai un gros doute. En effet, pour le parc c’est la pire des périodes. Car la période de reproduction des animaux à lieu qu’en mars et avril et les fleurs se développent qu’en juin-juillet. Qui plus est les cubains ne vont pas à la plage car pour eux il fait vraiment trop froid actuellement, même si il fait quand même 30°c. La réflexion est posée: Novembre-Décembre pour visiter Cuba erreur ou pas? Si vous venez pour les parcs la réponse est toute trouvé, c’est OUI!, préférez alors avril, juin!

Miam miam...

Yohann Taillandier (http://yoytourdumonde.fr)

CUBA:Baracoa,1492 tout commença ici!

Le programme concernant la visite des villes de Cuba s’est concrétisé lors de mes deux premiers jours du coté de La Havane. Il s’est construit auprès des cubains qui m’ont dit les villes et villages immanquable du coté de leur Ile. Si Camaguey avait donc les éloges de mon guide mais pas des cubains, cela fut le contraire pour Baracoa. « LA » ville pour les cubains à ne pas louper et pour être honnête le guide Lonely Planet dit également la même chose. Après Santiago, je me dirige donc du côté de Baracoa.

A chaque arrivée en bus, des dizaines et des dizaines de cubains attendent les touristes au son de: Casa Particular (endroit pour dormir) ou taxi!

Baracoa a tout comme La Havane son Malecon. Bord de mer magnifique ou les vagues se cassent sur les digues.

Baracoa est la ville la plus à l’est de Cuba. Elle est totalement encerclée par des montagnes et par une végétation tropicale très dense. D’une certaine manière après 6h de bus depuis Santiago de Cuba, cette ville est un vrai mirage, je ne m’attendais pas à la voir dans ce paysage de foret vierge. A noter que Baracoa se trouve dans la région de Guantanamo, j’y reviendrai demain sur cette région ou se trouve la triste base des USA.

Peche à Baracoa.

 

La mer à Baracoa

 

Fondée en 1511 par Diego Velazquez de Cuellar, la ville fut abandonné au milieu du 16ème siècle. Cocorico, se sont les français qui vont lui donner un deuxième élan avec l’arrivée des planteurs français d’Haïti qui cultivent alors les cocotiers, caféiers et cacaoyers dans les montagnes.

La ville se distingue aussi par son architecture, car Baracoa fait partie des 7 premieres villes du pays! La 8eme Bayamo n'aura que merpis pour cette 8eme place, mais Bayamo c'est mour plus tard!

Toujours l'architecture de Baracoa à Cuba.

La ville connut la fin de l’isolement qu’en 1964 à l’arriver….de la route ! Mais l’avantage est que cet isolement a fait que la culture et les traditions locales s’y sont bien ancrées.

On vient à Baracoa pour ces nombreuses  excursion possible, notamment le Yunque, une montagne plate  ou pour manger locale. Le chocolat y est  cuisiné à toutes les sauces notamment avec du miel et du sucre, pour en avoir bu cela est fameux !

 

Premier indien brulé vif de l’Amerique

C’est donc ici que Christophe Colomb découvrir l’Amérique ! Depuis tout petit, on nous rabâche en cours d’Histoire que Colomb découvrit l’Amerique en 1492, mais je ne savais pas qu’il débarqua du côté de Baracoa. De cette arrivée correspond a une légende. C’est ici que se dresserai la première croix apporté d’Europe par Colomb. Elle se trouve actuellement non loin de la cathédrale de Nuestra Senora de la Asuncion. Cependant, la datation au carbone 14 infirme ce fait historique. Décidément ce Carbone 14 ne fait pas que des heureux.

Mais, il ne pourra contredire un autre fait historique beaucoup plus tragique à savoir que c’est ici que fut brulé vif par les espagnols en 1511 le chef indien Hatuey. On peut admirer son buste devant la cathédrale.

Vestige des tempetes passées.

Yohann Taillandier (http://yoytourdumonde.fr)